Rhapsodies: Mathieu, Rachmaninov, Gershwin
Cet enregistrement présente trois grandes Rhapsodies interprétées en concert en avril 2006 par le pianiste Alain Lefèvre et l'Orchestre symphonique de Montréal. Cet événement marquait la création de la Rhapsodie romantique, une œuvre écrite près de cinquante ans plus tôt par le compositeur montréalais André Mathieu.

La rhapsodie


Dans l'Antiquité grecque, la rhapsodie consistait en une suite de chants épiques disparates, rassemblés et chantés par un rhapsode. Dans son sens plus moderne, le terme désigne un énoncé ou un ouvrage littéraire emphatique et chargé d'émotion. Par analogie, le titre Rhapsodie apposé à une page musicale annonce une œuvre instrumentale ou symphonique alliant verve et virtuosité, de forme libre, réunissant habituellement plusieurs sections reliées entre elles en un seul mouvement. Les trois œuvres présentées ici révèlent trois interprétations différentes du terme Rhapsodie.

Mathieu: Rhapsodie romantique


Le 4 avril 2006, le pianiste Alain Lefèvre et l'Orchestre symphonique de Montréal créaient la Rhapsodie romantique, une œuvre écrite près de cinquante ans plus tôt par le compositeur montréalais André Mathieu (1929-1968). Si cette période de latence semble longue, que dire des centaines d'ouvrages de Mathieu qui dorment encore dans des caisses en attendant d'être classés, catalogués, joués et publiés ! Alain Lefèvre se dévoue à cette énorme tâche afin de réhabiliter la mémoire de ce " héros " et de le faire connaître au plus grand nombre. Le pianiste a déjà enregistré, sous étiquette Analekta, le Concerto de Québec et un ensemble de pièces brèves pour piano paru sous le titre Hommage à André Mathieu.

Composée en 1958 et révisée dix ans plus tard (quelques semaines avant la mort du compositeur), la Rhapsodie romantique est dédiée à Marie-Ange Mathieu, sa veuve. Alain Lefèvre a demandé à Gilles Bellemare d'en réécrire la partition orchestrale. L'œuvre, d'une durée de 23 minutes, se déploie en une arche sonore continue. Si elle révèle sans conteste l'admiration du compositeur pour Rachmaninov, on y perçoit également l'influence de Debussy, de même que certains gestes évoquant une autre rhapsodie, celle de Gershwin.

L'histoire de la découverte de la Rhapsodie romantique est des plus fascinantes. Un jour, Alain Lefèvre reçut chez lui la partition de la Rhapsodie emballée dans du papier brun, sans adresse de retour ni aucune information concernant l'expéditeur. Un seul message accompagnait le colis : " Je ne peux pas vous dire qui je suis, seulement que vous êtes la seule personne en qui j'ai confiance (...) et c'est à vous que je remets cette partition. " Cette anecdote ressemble étrangement à celle selon laquelle un messager vêtu de noir se présenta à la résidence de Mozart, en 1791, pour lui commander un requiem au nom d'un mécène inconnu. Ce requiem, inachevé, fut la dernière œuvre du maître autrichien.

Le parcours de Mathieu présente d'ailleurs beaucoup de similitudes avec celui de Mozart. Morts tous deux avant d'avoir atteint l'âge de 40 ans, les compositeurs, tout aussi excentriques l'un que l'autre, ont connu des carrières fulgurantes et beaucoup trop brèves. À l'âge où les enfants font encore des pâtés de sable, tous deux éblouissaient les mélomanes grâce à leurs prouesses pianistiques. Il n'est donc pas surprenant que Mathieu ait été qualifié de " Mozart canadien ".

André Mathieu reçoit ses premières leçons de son père, Rodolphe Mathieu qui, tout comme le père de Mozart, Leopold, était un compositeur important. En 1941, il crée avec l'OSM son Deuxième Concertino, qui remporte le premier prix lors d'un concours de jeunes compositeurs organisé par l'Orchestre philharmonique de New York. Cet orchestre l'interprétera, avec Mathieu au piano, trois jours après le treizième anniversaire du compositeur. Rachmaninov déclarera alors : " C'est un génie, bien plus que je ne le suis moi-même. "

À partir des années 1950, la carrière d'André Mathieu décline. Il continue de composer, mais dans l'indifférence générale. Il participe à des " pianothons " interminables, est rongé par un chagrin d'amour, se réfugie dans l'alcool et meurt dans une grande pauvreté. Bien des éléments de sa vie demeurent encore inconnus, tout comme la cause exacte de sa mort prématurée.

Rachmaninov: Rhapsodie sur un thème de Paganini, opus 43


Contrairement à ce que son titre indique, la Rhapsodie sur un thème de Paganini de Sergueï Rachmaninov (1873-1943) n'est pas une "rhapsodie”. Alors que ce terme renvoie, comme nous l'avons mentionné plus haut, à une structure libre, l'œuvre qui nous occupe obéit plutôt à un schéma assez strict, soit une série de vingt-quatre variations. Alliant charme et romance à une verve rythmique et une orchestration exemplaire, cette œuvre est certainement l'une des plus accomplies du compositeur russe. Elle a été créée le 7 novembre 1934 à Baltimore, par Rachmaninov au piano et l'Orchestre de Philadelphie sous la direction de Leopold Stokowski.

Curieusement, le thème ne se fait entendre dans sa forme originale qu'après une première variation. Après quatre variations énergiques (nos 2-5), le rythme s'assouplit et la sixième variation installe une atmosphère plus tendre. La septième variation expose un nouveau thème, le Dies irae, ancien chant funèbre. Dix variations se succèdent ensuite jusqu'à la célèbre et très lyrique dix-huitième variation où Rachmaninov présente une image inversée du thème de Paganini. Puis, alors que chaque variation se fait de plus en plus scintillante, l'œuvre se dirige vivement vers sa conclusion. Avec un petit sourire en coin, Rachmaninov termine sa Rhapsodie en énonçant doucement un dernier fragment du thème mémorable.

Gershwin: Rhapsody in Blue


Composée en trois semaines à l'intention de l'ensemble de jazz de Paul Whiteman, Rhapsody in Blue – la première œuvre majeure de George Gershwin (1898-1937) – se veut " une sorte de kaléidoscope musical de l'Amérique, soit de ce vaste melting-pot, de cette fougue nationale particulière, de ces blues et de cette folie métropolitaine qui sont les nôtres " (Gershwin).

La création de la Rhapsody in Blue, le 12 février 1924 au Aeolian Hall de New York sous la direction de Paul Whiteman, propulsa d'emblée Gershwin au rang de célébrité internationale. Une douzaine d'années plus tard, le compositeur aura récolté plus d'un million de dollars des ventes de la partition, des droits de diffusion et des enregistrements. Lors de la création de l'œuvre, c'est le compositeur et arrangeur Ferde Grofé qui, d'après la partition pour deux pianos fournie par Gershwin, réalisa l'arrangement pour ensemble de jazz et piano. Plus tard, le même Grofé signa deux arrangements de l'œuvre pour grand orchestre, le premier datant de 1926 et le deuxième, celui que l'on entend le plus souvent en concert, de 1942.

De son immense glissando initial, confié à la clarinette, jusqu'à sa conclusion résolument brillante et jazzy, la Rhapsody in Blue – débordante d'énergie, joviale, sincère et chaleureusement urbaine – porte incontestablement la marque d'une musique typiquement américaine. Le titre de l'œuvre (que Gershwin voulait nommer American Rhapsody), fut suggéré par le frère de Gershwin, Ira, qui reprit le titre d'un tableau de Whistler, Rhapsody in Blue.

© Robert Markow
Traduction: Lise Viens
Date de sortie:
17 octobre 2006
Numéro d'album:
AN 2 9277
Périodes:
Téléchargez l'album
Achetez l'album

Rhapsodies: Mathieu, Rachmaninov, Gershwin

Mathieu, André (1929 - 1968)
Rhapsodie romantique
1
Rhapsodie romantique
4,99 $
23:12
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
2
I. Introduction
0,99 $
0:08
3
II. Variation 1
0,99 $
0:20
4
III. Thema
0,99 $
0:20
5
IV. Variation 2
0,99 $
0:21
6
V. Variation 3
0,99 $
0:28
7
VI. Variation 4
0,99 $
0:32
8
VII. Variation 5
0,99 $
0:32
9
VIII. Variation 6
0,99 $
1:42
10
IX. Variation 7
0,99 $
1:06
11
X. Variation 8
0,99 $
0:38
12
XI. Variation 9
0,99 $
0:36
13
XII. Variation 10
0,99 $
0:55
14
XIII. Variation 11
0,99 $
1:43
15
XIV. Variation 12
0,99 $
1:25
16
XV. Variation 13
0,99 $
0:30
17
XVI. Variation 14
0,99 $
0:48
18
XVII. Variation 15
0,99 $
1:12
19
XVIII. Variation 16
0,99 $
1:53
20
XIX. Variation 17
0,99 $
1:56
21
XX. Variation 18
0,99 $
3:22
22
XXI. Variation 19
0,99 $
0:33
23
XXII. Variation 20
0,99 $
0:40
24
XXIII. Variation 21
0,99 $
0:27
25
XXIV. Variation 22
0,99 $
1:52
26
XXV. Variation 23
0,99 $
0:57
27
XXVI. Variation 24
0,99 $
1:40
Gershwin, George (1898 - 1937)
Rhapsody in Blue
28
Rhapsody in Blue
3,99 $
18:41
*Tous les prix sont en devise canadienne.

Achat sécurisé, sans tracas et téléchargement facile.

Nous acceptons les cartes de crédit Visa et Mastercard. Vos données ne sont pas partagées et leur stockage répond aux normes de sécurité les plus elevées.

Téléchargement légal, directement du producteur, sans DRM.

En téléchargeant la musique sur le site d’Analekta, vous évitez les intermédiaires et vous vous assurez d’avoir la meilleure qualité sonore possible.

Des questions? Notre service à la clientèle est là!

Notre page d’aide pratique est consacrée au magasinage sur Analekta.com et notre FAQ répond à la plupart des questions courantes. Sinon, contactez-nous par courriel.
Réponse dans les 24 heures (sauf durant les weekends et les jours fériés).

Rhapsodies: Mathieu, Rachmaninov, Gershwin

Numéro d'album: AN 2 9277
Date de sortie: 17 octobre 2006

Période(s): RomantiqueXXe siècle

Genre(s): PianoMusique orchestraleConcerto

Compositeurs:
Mathieu, André | Rachmaninov, Sergueï | Gershwin, George

Interprètes:
Lefèvre, Alain | Orchestre symphonique de Montréal, | Bamert, Matthias



Cet enregistrement présente trois grandes Rhapsodies interprétées en concert en avril 2006 par le pianiste Alain Lefèvre et l'Orchestre symphonique de Montréal. Cet événement marquait la création de la Rhapsodie romantique, une œuvre écrite près de cinquante ans plus tôt par le compositeur montréalais André Mathieu.

La rhapsodie


Dans l'Antiquité grecque, la rhapsodie consistait en une suite de chants épiques disparates, rassemblés et chantés par un rhapsode. Dans son sens plus moderne, le terme désigne un énoncé ou un ouvrage littéraire emphatique et chargé d'émotion. Par analogie, le titre Rhapsodie apposé à une page musicale annonce une œuvre instrumentale ou symphonique alliant verve et virtuosité, de forme libre, réunissant habituellement plusieurs sections reliées entre elles en un seul mouvement. Les trois œuvres présentées ici révèlent trois interprétations différentes du terme Rhapsodie.

Mathieu: Rhapsodie romantique


Le 4 avril 2006, le pianiste Alain Lefèvre et l'Orchestre symphonique de Montréal créaient la Rhapsodie romantique, une œuvre écrite près de cinquante ans plus tôt par le compositeur montréalais André Mathieu (1929-1968). Si cette période de latence semble longue, que dire des centaines d'ouvrages de Mathieu qui dorment encore dans des caisses en attendant d'être classés, catalogués, joués et publiés ! Alain Lefèvre se dévoue à cette énorme tâche afin de réhabiliter la mémoire de ce " héros " et de le faire connaître au plus grand nombre. Le pianiste a déjà enregistré, sous étiquette Analekta, le Concerto de Québec et un ensemble de pièces brèves pour piano paru sous le titre Hommage à André Mathieu.

Composée en 1958 et révisée dix ans plus tard (quelques semaines avant la mort du compositeur), la Rhapsodie romantique est dédiée à Marie-Ange Mathieu, sa veuve. Alain Lefèvre a demandé à Gilles Bellemare d'en réécrire la partition orchestrale. L'œuvre, d'une durée de 23 minutes, se déploie en une arche sonore continue. Si elle révèle sans conteste l'admiration du compositeur pour Rachmaninov, on y perçoit également l'influence de Debussy, de même que certains gestes évoquant une autre rhapsodie, celle de Gershwin.

L'histoire de la découverte de la Rhapsodie romantique est des plus fascinantes. Un jour, Alain Lefèvre reçut chez lui la partition de la Rhapsodie emballée dans du papier brun, sans adresse de retour ni aucune information concernant l'expéditeur. Un seul message accompagnait le colis : " Je ne peux pas vous dire qui je suis, seulement que vous êtes la seule personne en qui j'ai confiance (...) et c'est à vous que je remets cette partition. " Cette anecdote ressemble étrangement à celle selon laquelle un messager vêtu de noir se présenta à la résidence de Mozart, en 1791, pour lui commander un requiem au nom d'un mécène inconnu. Ce requiem, inachevé, fut la dernière œuvre du maître autrichien.

Le parcours de Mathieu présente d'ailleurs beaucoup de similitudes avec celui de Mozart. Morts tous deux avant d'avoir atteint l'âge de 40 ans, les compositeurs, tout aussi excentriques l'un que l'autre, ont connu des carrières fulgurantes et beaucoup trop brèves. À l'âge où les enfants font encore des pâtés de sable, tous deux éblouissaient les mélomanes grâce à leurs prouesses pianistiques. Il n'est donc pas surprenant que Mathieu ait été qualifié de " Mozart canadien ".

André Mathieu reçoit ses premières leçons de son père, Rodolphe Mathieu qui, tout comme le père de Mozart, Leopold, était un compositeur important. En 1941, il crée avec l'OSM son Deuxième Concertino, qui remporte le premier prix lors d'un concours de jeunes compositeurs organisé par l'Orchestre philharmonique de New York. Cet orchestre l'interprétera, avec Mathieu au piano, trois jours après le treizième anniversaire du compositeur. Rachmaninov déclarera alors : " C'est un génie, bien plus que je ne le suis moi-même. "

À partir des années 1950, la carrière d'André Mathieu décline. Il continue de composer, mais dans l'indifférence générale. Il participe à des " pianothons " interminables, est rongé par un chagrin d'amour, se réfugie dans l'alcool et meurt dans une grande pauvreté. Bien des éléments de sa vie demeurent encore inconnus, tout comme la cause exacte de sa mort prématurée.

Rachmaninov: Rhapsodie sur un thème de Paganini, opus 43


Contrairement à ce que son titre indique, la Rhapsodie sur un thème de Paganini de Sergueï Rachmaninov (1873-1943) n'est pas une "rhapsodie”. Alors que ce terme renvoie, comme nous l'avons mentionné plus haut, à une structure libre, l'œuvre qui nous occupe obéit plutôt à un schéma assez strict, soit une série de vingt-quatre variations. Alliant charme et romance à une verve rythmique et une orchestration exemplaire, cette œuvre est certainement l'une des plus accomplies du compositeur russe. Elle a été créée le 7 novembre 1934 à Baltimore, par Rachmaninov au piano et l'Orchestre de Philadelphie sous la direction de Leopold Stokowski.

Curieusement, le thème ne se fait entendre dans sa forme originale qu'après une première variation. Après quatre variations énergiques (nos 2-5), le rythme s'assouplit et la sixième variation installe une atmosphère plus tendre. La septième variation expose un nouveau thème, le Dies irae, ancien chant funèbre. Dix variations se succèdent ensuite jusqu'à la célèbre et très lyrique dix-huitième variation où Rachmaninov présente une image inversée du thème de Paganini. Puis, alors que chaque variation se fait de plus en plus scintillante, l'œuvre se dirige vivement vers sa conclusion. Avec un petit sourire en coin, Rachmaninov termine sa Rhapsodie en énonçant doucement un dernier fragment du thème mémorable.

Gershwin: Rhapsody in Blue


Composée en trois semaines à l'intention de l'ensemble de jazz de Paul Whiteman, Rhapsody in Blue – la première œuvre majeure de George Gershwin (1898-1937) – se veut " une sorte de kaléidoscope musical de l'Amérique, soit de ce vaste melting-pot, de cette fougue nationale particulière, de ces blues et de cette folie métropolitaine qui sont les nôtres " (Gershwin).

La création de la Rhapsody in Blue, le 12 février 1924 au Aeolian Hall de New York sous la direction de Paul Whiteman, propulsa d'emblée Gershwin au rang de célébrité internationale. Une douzaine d'années plus tard, le compositeur aura récolté plus d'un million de dollars des ventes de la partition, des droits de diffusion et des enregistrements. Lors de la création de l'œuvre, c'est le compositeur et arrangeur Ferde Grofé qui, d'après la partition pour deux pianos fournie par Gershwin, réalisa l'arrangement pour ensemble de jazz et piano. Plus tard, le même Grofé signa deux arrangements de l'œuvre pour grand orchestre, le premier datant de 1926 et le deuxième, celui que l'on entend le plus souvent en concert, de 1942.

De son immense glissando initial, confié à la clarinette, jusqu'à sa conclusion résolument brillante et jazzy, la Rhapsody in Blue – débordante d'énergie, joviale, sincère et chaleureusement urbaine – porte incontestablement la marque d'une musique typiquement américaine. Le titre de l'œuvre (que Gershwin voulait nommer American Rhapsody), fut suggéré par le frère de Gershwin, Ira, qui reprit le titre d'un tableau de Whistler, Rhapsody in Blue.

© Robert Markow
Traduction: Lise Viens
1
Mathieu, André
Mathieu, André (1929 - 1968)
Rhapsodie romantique
23:12
2
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:08
3
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:20
4
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:20
5
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:21
6
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:28
7
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:32
8
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:32
9
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
1:42
10
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
1:06
11
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:38
12
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:36
13
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:55
14
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
1:43
15
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
1:25
16
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:30
17
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:48
18
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
1:12
19
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
1:53
20
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
1:56
21
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
3:22
22
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:33
23
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:40
24
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:27
25
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
1:52
26
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
0:57
27
Mathieu, André
Rachmaninov, Sergueï (1873 - 1943)
Rhapsodie sur un thème de Paganini
1:40
28
Mathieu, André
Gershwin, George (1898 - 1937)
Rhapsody in Blue
18:41