Mahler: Orchesterlieder (Chants pour orchestre)
Compositeurs:

Kindertotenlieder


Les compositions de Mahler s’articulent autour de deux pôles : le premier regroupe d’énormes fresques symphoniques tourmentées, le second une quarantaine de chants exquis, intimes, profondément personnels. L’intérêt que Mahler portait au librettiste et orientaliste allemand Friedrich Rückert venait en grande partie de la fascination du poète pour l’Orient et sa prédilection pour les introspections profondes, une tendre résignation, la paix intérieure et un retrait des soucis du monde extérieur. Quand deux des enfants de Rückert sont morts de la scarlatine, l’auteur a transcendé le choc émotif en écrivant plus de 400 poèmes publiés en 1872 sous le titre Kindertotenlieder. Mahler n’était pas étranger non plus à la mortalité infantile, sept de ses treize frères et sœurs ayant succombé à la maladie en bas âge. Ernst est mort à 13 ans et Otto (lui aussi compositeur) s’est suicidé. À l’été 1901, il devait mettre en musique un certain nombre de poèmes de Rückert, dont trois seraient intégrés aux Kindertotenlieder (nos 1, 2 et 4). En 1904, il composait deux lieder supplémentaires sur des textes de Rückert afin de former le cycle tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Une retenue, un raffinement et une transparence remarquables caractérisent l’œuvre. Le premier chant s’amorce sur un simple contrepoint de hautbois et de cor. Les bois et les cors – jamais plus de deux à la fois – dialoguent avec la voix. La harpe y joue également un rôle important et, de façon discrète, ici et là, le glockenspiel. Le troisième intègre le cor anglais, le cinquième (le plus long et de loin celui orchestré de façon la plus dense) le célesta, le piccolo, le contrebasson et le tom.

Rückert Lieder


Lors des étés 1901 et 1902, Mahler mit en musique huit poèmes de Rückert : trois qui s’intégreraient aux Kindertotenlieder et cinq autres, conçus de façon indépendante. Mahler orchestra quatre des cinq chants, exception faite de « Liebst du um Schönheit », chacun privilégiant une orchestration différente.

Dans « Blicke mir nicht in die Lieder » (Ne regarde pas mes paupières), le premier texte de Rückert mis en musique, le poète-compositeur réprimande doucement son amoureuse pour qu’elle ne jette un regard à son travail qu’une fois celui-ci achevé. « Liebst du um Schönheit » (Si tu aimes pour la beauté) représente l’épitomé du lyrisme gracieux et de la simplicité en musique. L’un des rares chants d’amour de Mahler, il a été écrit pour Alma, qu’il avait épousée quelques mois auparavant. Il a été orchestré après la mort du compositeur par le chef d’orchestre et critique Max Puttmann. Plusieurs Mahlériens considèrent « Ich bin der Welt abhanden gekommen » (Je suis coupé du monde) le plus sublime des chants indépendants du compositeur. Ce joyau de sept minutes dépeint une espèce de nirvana, une sensation de paix profonde et d’unité avec le monde. La remarquable parenté des lignes mélodiques de ce chant avec celles de l’Adagietto de la Cinquième Symphonie, conçue à la même époque, ne peut être ignorée. Dans « Ich atmet’ einen linden Duft » (Je respirais un doux parfum), le poète contemple une branche de tilleul, cadeau placée dans sa chambre par son amoureuse. Rückert joue constamment avec les mots Linde et lind, le premier représentant le tilleul, le second un adjectif que l’on peut traduire par doux ou tendre. « Um Mitternacht » (À minuit) est le seul lied sombre et angoissé de ce cycle consacré à Rückert.

Lieder eines fahrenden Gesellen


Les derniers mois de l’année 1883 n’ont pas été des plus joyeux pour Mahler, alors âgé de 23 ans. Ses deux parents étaient souffrants, le poste de direction qu’il venait d’obtenir au théâtre de la cour à Kassel le contraignait artistiquement à plusieurs niveaux et ses amours avec l’actrice et chanteuse d’opéra Johanna Richter devaient connaître une fin abrupte et malheureuse. Les Lieder eines fahrenden Gesellen peuvent donc être considérés une réponse artistique à des événements autobiographies, au rejet en particulier. Le ton général des textes se veut un miroir fidèle de la douleur et du chagrin du compositeur, alors que la musique évoque la campagne autrichienne et la poésie populaire allemande.

Dans le premier chant, le voyageur décrit ses sentiments après que son ancien amour ait marié un autre homme. Dans sa presque intégralité, le deuxième illustre les beautés de la nature (thème cher à Mahler), alors que sa fin nous ramène à une humeur chagrine. L’auditeur est bouleversé par les indignations passionnées du troisième, dans lequel le voyageur imagine qu’un couteau lui perce le cœur, tant sa douleur est intense. Il se souvient avec nostalgie des jours heureux, maintenant disparus. Le dernier chant, au dessin lugubre, se veut l’adieu du voyageur tant à sa bien-aimée qu’au bonheur et, vraisemblablement, à la vie.

© Robert Markow
Traduction : Lucie Renaud
Date de sortie:
16 avril 2013
Numéro d'album:
AN 2 9849
Périodes:
Téléchargez l'album
Achetez l'album

Mahler: Orchesterlieder (Chants pour orchestre)

Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Lieder eines fahrenden Gesellen (Chants d’un compagnon errant)
1
I. Wenn mein Schatz Hochzeit macht
0,99 $
3:42
2
II. Ging heut morgens über’s Feld
0,99 $
3:44
3
III. Ich hab'ein glühend Messer
0,99 $
3:03
4
IV. Die zwei blauen Augen
0,99 $
4:58
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Kindertotenlieder (Chants sur la mort des enfants)
5
I. Nun will die Sonn' so hell aufgeh’n
0,99 $
5:00
6
II. Nun seh' ich wohl, warum so dunkle Flammen
0,99 $
4:14
7
III. Wenn dein Mütterlein
0,99 $
4:07
8
IV. Oft denk' ich, sie sind nur ausgegangen
0,99 $
2:41
9
V. In diesem Wetter Braus
1,99 $
5:47
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Rückert Lieder (Chants de Rückert)
10
Blicke mir nicht in die Lieder
0,99 $
1:21
11
Ich atmet' einen Linden Duft
0,99 $
2:17
12
Um Mitternacht
1,99 $
5:41
13
Liebst du um Schönheit
0,99 $
2:10
14
Ich bin der Welt abhanden gekommen
1,99 $
5:38
*Tous les prix sont en devise canadienne.

Achat sécurisé, sans tracas et téléchargement facile.

Nous acceptons les cartes de crédit Visa et Mastercard. Vos données ne sont pas partagées et leur stockage répond aux normes de sécurité les plus elevées.

Téléchargement légal, directement du producteur, sans DRM.

En téléchargeant la musique sur le site d’Analekta, vous évitez les intermédiaires et vous vous assurez d’avoir la meilleure qualité sonore possible.

Des questions? Notre service à la clientèle est là!

Notre page d’aide pratique est consacrée au magasinage sur Analekta.com et notre FAQ répond à la plupart des questions courantes. Sinon, contactez-nous par courriel.
Réponse dans les 24 heures (sauf durant les weekends et les jours fériés).

Mahler: Orchesterlieder (Chants pour orchestre)

Numéro d'album: AN 2 9849
Date de sortie: 16 avril 2013

Période(s): Romantique

Genre(s): Musique orchestrale

Compositeurs:
Mahler, Gustav

Interprètes:
Orchestre symphonique de Montréal, | Nagano, Kent | Gerhaher, Christian



Kindertotenlieder


Les compositions de Mahler s’articulent autour de deux pôles : le premier regroupe d’énormes fresques symphoniques tourmentées, le second une quarantaine de chants exquis, intimes, profondément personnels. L’intérêt que Mahler portait au librettiste et orientaliste allemand Friedrich Rückert venait en grande partie de la fascination du poète pour l’Orient et sa prédilection pour les introspections profondes, une tendre résignation, la paix intérieure et un retrait des soucis du monde extérieur. Quand deux des enfants de Rückert sont morts de la scarlatine, l’auteur a transcendé le choc émotif en écrivant plus de 400 poèmes publiés en 1872 sous le titre Kindertotenlieder. Mahler n’était pas étranger non plus à la mortalité infantile, sept de ses treize frères et sœurs ayant succombé à la maladie en bas âge. Ernst est mort à 13 ans et Otto (lui aussi compositeur) s’est suicidé. À l’été 1901, il devait mettre en musique un certain nombre de poèmes de Rückert, dont trois seraient intégrés aux Kindertotenlieder (nos 1, 2 et 4). En 1904, il composait deux lieder supplémentaires sur des textes de Rückert afin de former le cycle tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Une retenue, un raffinement et une transparence remarquables caractérisent l’œuvre. Le premier chant s’amorce sur un simple contrepoint de hautbois et de cor. Les bois et les cors – jamais plus de deux à la fois – dialoguent avec la voix. La harpe y joue également un rôle important et, de façon discrète, ici et là, le glockenspiel. Le troisième intègre le cor anglais, le cinquième (le plus long et de loin celui orchestré de façon la plus dense) le célesta, le piccolo, le contrebasson et le tom.

Rückert Lieder


Lors des étés 1901 et 1902, Mahler mit en musique huit poèmes de Rückert : trois qui s’intégreraient aux Kindertotenlieder et cinq autres, conçus de façon indépendante. Mahler orchestra quatre des cinq chants, exception faite de « Liebst du um Schönheit », chacun privilégiant une orchestration différente.

Dans « Blicke mir nicht in die Lieder » (Ne regarde pas mes paupières), le premier texte de Rückert mis en musique, le poète-compositeur réprimande doucement son amoureuse pour qu’elle ne jette un regard à son travail qu’une fois celui-ci achevé. « Liebst du um Schönheit » (Si tu aimes pour la beauté) représente l’épitomé du lyrisme gracieux et de la simplicité en musique. L’un des rares chants d’amour de Mahler, il a été écrit pour Alma, qu’il avait épousée quelques mois auparavant. Il a été orchestré après la mort du compositeur par le chef d’orchestre et critique Max Puttmann. Plusieurs Mahlériens considèrent « Ich bin der Welt abhanden gekommen » (Je suis coupé du monde) le plus sublime des chants indépendants du compositeur. Ce joyau de sept minutes dépeint une espèce de nirvana, une sensation de paix profonde et d’unité avec le monde. La remarquable parenté des lignes mélodiques de ce chant avec celles de l’Adagietto de la Cinquième Symphonie, conçue à la même époque, ne peut être ignorée. Dans « Ich atmet’ einen linden Duft » (Je respirais un doux parfum), le poète contemple une branche de tilleul, cadeau placée dans sa chambre par son amoureuse. Rückert joue constamment avec les mots Linde et lind, le premier représentant le tilleul, le second un adjectif que l’on peut traduire par doux ou tendre. « Um Mitternacht » (À minuit) est le seul lied sombre et angoissé de ce cycle consacré à Rückert.

Lieder eines fahrenden Gesellen


Les derniers mois de l’année 1883 n’ont pas été des plus joyeux pour Mahler, alors âgé de 23 ans. Ses deux parents étaient souffrants, le poste de direction qu’il venait d’obtenir au théâtre de la cour à Kassel le contraignait artistiquement à plusieurs niveaux et ses amours avec l’actrice et chanteuse d’opéra Johanna Richter devaient connaître une fin abrupte et malheureuse. Les Lieder eines fahrenden Gesellen peuvent donc être considérés une réponse artistique à des événements autobiographies, au rejet en particulier. Le ton général des textes se veut un miroir fidèle de la douleur et du chagrin du compositeur, alors que la musique évoque la campagne autrichienne et la poésie populaire allemande.

Dans le premier chant, le voyageur décrit ses sentiments après que son ancien amour ait marié un autre homme. Dans sa presque intégralité, le deuxième illustre les beautés de la nature (thème cher à Mahler), alors que sa fin nous ramène à une humeur chagrine. L’auditeur est bouleversé par les indignations passionnées du troisième, dans lequel le voyageur imagine qu’un couteau lui perce le cœur, tant sa douleur est intense. Il se souvient avec nostalgie des jours heureux, maintenant disparus. Le dernier chant, au dessin lugubre, se veut l’adieu du voyageur tant à sa bien-aimée qu’au bonheur et, vraisemblablement, à la vie.

© Robert Markow
Traduction : Lucie Renaud
1
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Lieder eines fahrenden Gesellen (Chants d’un compagnon errant)
3:42
2
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Lieder eines fahrenden Gesellen (Chants d’un compagnon errant)
3:44
3
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Lieder eines fahrenden Gesellen (Chants d’un compagnon errant)
3:03
4
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Lieder eines fahrenden Gesellen (Chants d’un compagnon errant)
4:58
5
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Kindertotenlieder (Chants sur la mort des enfants)
5:00
6
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Kindertotenlieder (Chants sur la mort des enfants)
4:14
7
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Kindertotenlieder (Chants sur la mort des enfants)
4:07
8
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Kindertotenlieder (Chants sur la mort des enfants)
2:41
9
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Kindertotenlieder (Chants sur la mort des enfants)
5:47
10
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Rückert Lieder (Chants de Rückert)
1:21
11
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Rückert Lieder (Chants de Rückert)
2:17
12
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Rückert Lieder (Chants de Rückert)
5:41
13
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Rückert Lieder (Chants de Rückert)
2:10
14
Mahler, Gustav
Mahler, Gustav (1860 - 1911)
Rückert Lieder (Chants de Rückert)
5:38