nudecelebvideo

Médias.



L’automne 2015 chez Analekta !

01 septembre 2015

Depuis plus de 25 ans, ANALEKTA ratisse large et propose des choix musicaux classiques de toutes les époques, de tous les horizons et pour tous les goûts. Lors de la saison «automne-hiver 2014-2015 », deux nouveautés d’ANALEKTA se sont hissées au sommet du palmarès classique: Ludovico Einaudi: Portrait d’Angèle Dubeau, et Rive Gauche d’Alain Lefèvre. Pour sa rentrée « automne 2015», l’étiquette vise tout aussi haut! Comme d’habitude chez ANALEKTA, ce sont des interprètes d’ici, de renommée internationale, des musiciens au zénith de leur talent qui se joindront à cette rafale musicale d’automne, et ce sont également de jeunes artistes de la relève qui viendront dynamiser un public friand de musique classique.  

Tout d’abord, une étoile montante, l’exceptionnel violoncelliste Stéphane Tétreault fera vibrer son célèbre Stradivarius sur des œuvres de Haydn, Schubert et Brahms.  Il sera accompagné de la pianiste Marie-Ève ScarfoneSuivra le prodigieux et prometteur pianiste Charles Richard-Hamelin, Révélation Radio-Canada 2015-2016, dont on pourra découvrir l’immense talent à travers des œuvres de Chopin

Toujours en septembre, il y aura la trame sonore de la pièce de théâtre Moby Dick, composée et dirigée par Ludovic Bonnier.  La pièce sera présentée au Théâtre du Nouveau Monde du 22 septembre au 17 octobre 2015 et en tournée au Québec en novembre 2015.  

C’est toujours avec un vif enthousiasme que l’on redécouvre l’univers baroque sous un jour nouveau.  Ainsi, le réputé contreténor Daniel Taylor, en compagnie du Theatre of Early Music (TEM) et du Schola Cantorum dont il est fondateur, nous dévoilera dans un nouvel album concept – La vallée des pleurs – des pages exquises et inspirées de Schütz, Bach et Prætorius.  L’Ensemble Caprice et son chef Matthias Maute renoueront quant à eux, sur l’album thématique Chaconne : Voix d’éternité, avec l’ambiance noble et solennelle des chaconnes et offriront, entre autres, des œuvres de Landi, Monteverdi, Vivaldi et J.S. Bach. 

Autre époque, autre registre :  le Cecilia String Quartet nous livrera des pages sublimes de romance avec des quatuors de Mendelssohn, tandis que le grand pianiste Alain Lefèvre étalera toute sa virtuosité avec des œuvres de Rachmaninov, Ravel et Haydn.  

Puis, en octobre, c’est l’automne Saint-Saëns à l’OSM avec deux projets sous la direction de Kent Nagano.  Les deux albums exploreront l’univers symphonique de Camille Saint-Saëns; Andrew Wan, premier violon de l’OSM, jouant les concertos pour violon, et Olivier Latry, organiste émérite de l’OSM, jouant l’œuvre monumentale qu’est la Symphonie no. 3 « avec orgue » (enregistrement des concerts inauguraux du Grand Orgue Pierre-Béique, mai 2014).

Pour clôturer la saison en beauté, le baryton Gino Quilico et l’ensemble TrioSphère nous présentera un album de Noël d’exception, un bijou rare d’interprétations de ces musiques traditionnelles. Un beau cadeau à offrir et à s’offrir!

Encore et toujours, ANALEKTA rend hommage à nos artistes par des enregistrements de qualité. Ses choix musicaux sensibles et judicieux se traduisent de plus en plus par l’engouement du public fidèle à nos productions et nos musiciens d’ici.  

 

11-sept-15 : Stéphane Tétreault & Marie-Ève Scarfone / Haydn – Schubert – Brahms

18-sept-15 : Theatre of Early Music, Schola Cantorum et Daniel Taylor / La vallée des pleurs

18-sept-15 : Ludovic Bonnier / Moby Dick

25-sept-15 : Charles Richard-Hamelin / Chopin

2-oct-15 : Cecilia String Quartet / Mendelssohn, op. 44 Nos 1, 2

9-oct-15 : Ensemble Caprice / Chaconne : Voix d’éternité

23-oct-15 : Andrew Wan, OSM et Kent Nagano / Intégrale des concertos pour violon de Saint-Saëns

23-oct-15OSM, Kent Nagano, Olivier Latry et Jean-Willy Kunz / Saint-Saëns – Moussa – Saariaho 

30-oct-15Alain Lefèvre: Rachmaninov – Haydn – Ravel 

6-nov-15Gino Quilico: Secrets de Noël

6-nov-15 :  Les grands airs de Noël (compilation – nouvelle édition)

 

 




ghost writer college papers essay paper checker homework history essay on the black death drinking age essay