Archive pour novembre, 2013

Suggestions cadeaux

28 novembre 2013

Plus que quatre semaines avant Noël. Quoi offrir au mélomane sur votre liste? Bien sûr, des enregistrements sont toujours appréciés. Parmi les dernières parutions Analekta, mentionnons par exemple Tango Dreams d’Alexander Sevastian et Serata d’amore de Gino Quilico, antidotes certains à la grisaille et au froid, les Concertos pour harpe de Handel, Boieldieu et Mozart interprétés par Valérie Milot et Les Violons du Roy, Adagio de l’Ensemble Caprice ou encore A Child’s Christmas in Bethlehem, qui propose plusieurs chants traditionnels, mais sortant des sentiers battus.

Vous pourriez aussi souhaiter proposer des billets de concert (ou enrober votre concept en offrant un album et une paire de billets de concert de l’artiste visé).

Côté beaux livres, je vous invite à découvrir Ludwig de Christian Quesnel, une BD symphonique autour de l’un des compositeurs les plus mythiques, co-édition Art Global et Neige-galerie, une mise en images splendide du premier mouvement du Concerto no 5 de Beethoven, page qui se prête admirablement à l’illustration, avec sa multiplicité de textures, sa force dynamique, ses instants de poésie suspendue, la façon dont le tout relève plus de la symphonie avec piano (comme les concertos de Brahms) que du combat entre soliste et masse orchestrale. L’esthétique du dessin de Quesnel se veut volontairement steampunk et son Beethoven n’est nullement un être désincarné, que l’on ne peut extraire de son époque, qui perdrait pied dans le 21e siècle.  Ceux qui connaissent la vie de Beethoven retrouveront certains moments-clé: le dialogue Goethe-Beethoven lors du passage du roi (Goethe se courbant, mais Beethoven, trop fier, refusant de plier l’échine), l’enfance plus ou moins heureuse du compositeur et la présence de l’Immortelle bien-aimée.

Yolanda Bruno remporte le Concours OSM Standard Life

25 novembre 2013

Yolanda BrunoCeux qui ont osé braver le froid pour se glisser dans la Maison symphonique de Montréal ont pu être les premiers à être séduits par la musicalité et la virtuosité de la lauréate du Grand Prix OSM Standard Life, la violoniste ontarienne Yolanda Bruno, 24 ans, qui étudie actuellement à la Guildhall School of Music and Drama de Londres. Elle a remporté des prix en argent d’une valeur de 20 000 $, des bourses, plusieurs engagements de concert et jouera avec l’OSM le 11 décembre prochain dans le cadre du concert dirigé par Edward Gardner.

Dix-neuf concurrents ont participé aux demi-finales du concours consacré cette année aux cordes et à la harpe. Placé pour la première fois sous la présidence de M. Pierre Goulet, la 74e édition du Concours OSM Standard Life s’est terminée après trois jours de demi-finale à la salle Tanna Schulich de l’École de musique Schulich de l’Université et la finale à la Maison symphonique.

La musique comme élément de changement

21 novembre 2013

Benjamin Zander est un chef d’orchestre qui a dirigé de nombreuses formations au fil des ans, mais est toujours resté fidèle à son orchestre, fondé en 1979, le Boston Philharmonic Orchestra. Il est aussi devenu un fort éloquent orateur, qui a participé à nombre de congrès, conférences et autres événements. Dans cette présentation d’une vingtaine de minutes (en anglais) pour l’organisation TED, il parle bien sûr de la façon dont nous percevons la musique classique, mais surtout décortique ce qui différencie une interprétation banale d’une autre plus relevée, notamment en traitant du nombre d’impulsions par mesure, n’hésitant pas à baliser de jalons mélodiques et harmoniques le célèbre Prélude en mi mineur de Chopin.

Comme le fondateur d’Analekta, François Mario Labbé, il est persuadé que la musique classique est pour tous, que nous ne devrions pas nous contenter de grappiller 3 ou 4 % du marché. En relatant certaines rencontres avec des spectateurs après des représentations, il nous rappelle que, oui, la musique peut changer le monde et que le succès d’un concert peut être mesuré à l’auge du nombre d’yeux qui brillent dans la salle. Inspirant!

Pleyel ferme ses portes

18 novembre 2013

Triste nouvelle! Après les tractations multiples autour du rachat de Steinway, la mythique maison française Pleyel annonce qu’elle fermera ses portes après 206 ans d’existence et 250 000 pianos! Un grand coup quand même quand on pense que Chopin lui-même avait été le premier ambassadeur de la marque (il touchait même alors une commission quand un de ses élèves achetait un instrument), qui avait été parmi les pionniers de la mise en marché du désormais indispensable double échappement. Liszt, Ravel et Stravinski ont eux aussi joué sur des Pleyel, considérés les « Ferrari du piano ».

La compagnie a été fondée en 1807 par Ignaz Pleyel, compositeur et éditeur de musique, ancien élève de Haydn. Le communiqué officiel émis le 16 novembre parle d’une incapacité à égaler la concurrence (la Chine, sans surprise est devenue le plus grand consommateur et producteur de pianos): « L’entreprise Pleyel confirme la fermeture de l’atelier de production de Saint-Denis, qui emploie 14 salariés, compte tenu de la situation de pertes récurrentes, et du très faible niveau d’activité ».

Bernard Roques, président actuel, cherche semble-t-il des options pour faire revitaliser ou faire revivre la marque Pleyel, en s’associant avec une vedette de la musique par exemple ou en produisant quelques pièces haut de gamme. Rappelons qu’à quelques pas du magasin parisien, se dresse la mythique Salle Pleyel qui accueille toujours les plus grands noms de la scène internationale.

France 24 se penche ici sur le dossier…

Diriger un orchestre à distance grâce au Mad Scientist Machine

14 novembre 2013

Diriger un orchestre à distance en temps réel: impossible, me direz-vous? Eh non! La technologie est suffisamment avancée pour permettre ce genre de folie, grâce au logiciel inventé par le jeune compositeur Stefan Smulovitz, également violoniste et bien sûr passionné d’informatique, le Mad Scientist Machine! En effet, grâce à un système de code de couleurs et de lutrins-LED, les chefs peuvent maintenant diriger un ensemble de musiciens montréalais de New York ou Chicago!

Ce logiciel sera présenté en concert pour la première fois au Québec ce soir, 20  h30, à la salle Multimédia du Conservatoire de Montréal. Lisle Ellis et Sarah Weaver dirigeront de New York et Danielle Palardy Roger et l’inventeur lui-même, Stefan Smulovitz dirigeront de Montréal les 11 musiciens de l’Ensemble SuperMusique. Ils auront devant eux leur lutrin de partitions de led dont chaque couleur correspondant à un signal lumineux et à une instruction spécifiques. (Par exemple la couleur blanche demande aux musiciens de jouer des notes tenues, tandis que la couleur verte signifie “faites du bruit”). Ici, la musique improvisée et la composition sont créées en temps réel par le chef d’orchestre-compositeur ou le musicien.

Plus de détails sur le concert ici…

On peut visiter le site du compositeur/inventeur là…

Mandat de Kent Nagano prolongé jusqu’en 2020

11 novembre 2013

L’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) a annoncé ce matin le prolongement, jusqu’en 2020, du contrat de  Kent Nagano à titre de directeur musical de l’Orchestre. Rappelons que, après avoir agi comme conseiller musical pendant deux ans, maestro Nagano occupe le poste de directeur musical depuis 2006. Son premier mandat de cinq ans avait été prolongé à deux reprises, dont la seconde fois jusqu’en 2016.

« Depuis que Kent Nagano dirige l’OSM, il a non seulement été à la hauteur de sa réputation internationale comme interprète exceptionnel du grand répertoire, mais il a en plus démontré des qualités de rassembleur dans de nombreux projets d’envergure », a déclaré le président du conseil d’administration de l’OSM, M. Lucien Bouchard. « Maestro Nagano a su contribuer au rayonnement de l’OSM tout en s’engageant résolument au sein de la communauté », de dire M. Bouchard.

« Mon attachement pour Montréal et la complicité que j’ai développée au fil des ans avec les talentueux musiciens de l’OSM sont du nombre des raisons qui me poussent à renouveler mon engagement envers l’Orchestre », a déclaré maestro Nagano

Maestro Nagano a été décoré d’une Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale en 2012 et a été nommé, la semaine dernière, grand officier de l’Ordre national du Québec. Le maestro sera également admis, le 14 novembre, au sein de l’Académie des Grands Montréalais pour souligner sa contribution dans le domaine des arts.

Événement – Falstaff de Verdi à l’Opéra de Montréal du 9 au 16 novembre prochain!

7 novembre 2013

Présenté pour la dernière fois à l’Opéra de Montréal en mars 1994, Falstaff de Giuseppe Verdi revient sur la scène du prestigieux Opéra pour 4 représentations.

Ce dernier chef-d’oeuvre de Verdi présenté du 9 au 16 novembre prochain soulignera également le 200e anniversaire du célèbre compositeur italien.

Falstaff, c’est avant tout une comédie burlesque, une farce musicale tourbillonnante où chaque note est un éclat de rire…Le vieux et bedonnant Sir John Falstaff se croit encore un grand séducteur et multiplie les lettres d’amour aux femmes mariées. Mais les joyeuses commères à qui il s’adresse ont décidé de se venger du vieillard. Son humiliation sera totale…

Cerise sur le gâteau, Marie-Nicole Lemieux tiendra le rôle de l’irrésistible Mrs. Quickly, pour lequel elle a été acclamée dans le monde entier.

À ne pas manquer !

Billets disponibles sur le site de l’Opéra de Montréal : http://bit.ly/18TUjbz

Un portrait de Joseph Rouleau

7 novembre 2013

Il aura 85 ans le 28 février prochain, mais semble toujours aussi fringant, continue de chanter, accompagne des groupes de mélomanes dans certaines des plus grandes salles de concert d’Europe. Analekta lançait il y a quelque temps  Joseph Rouleau – Opéras russes, enregistrement réalisé avec l’orchestre de Radio-Canada dans le cadre de l’émission des Beaux dimanches, sous la direction de Jean Deslauriers. 

Opéras russes

L’Opéra de Montréal lui rend hommage sur son blogue. Richard Raymond admet d’emblée: 

« Vouloir faire le tour de la vie et de la carrière de Joseph Rouleau en quelques feuillets équivaudrait à vouloir faire un tour du monde en deux jours. J’ai passé plus d’une heure et demie avec lui. J’ai appris beaucoup de choses. Mais j’étais loin de me douter du peu que j’avais appris. La basse m’a offert la biographie que lui ont consacrée Jacques Boucher et Odile Thibault, À tour de rôles. En lisant un passage par ci un autre par-là, la renommée du chanteur et l’envergure de l’homme me sont véritablement apparues. » 

On peut lire la première partie et la deuxième partie de ce portrait touffu.  La troisième partie devrait être publiée sous peu…

Pour écouter l’album…

 

Doctorat honorifique remis à Boris Brott

4 novembre 2013

Boris Brott

Le chancelier de l’Université McGill, Arnold Steinberg, décernera demain à Boris Brott, chef d’orchestre et directeur artistique de l’Orchestre de chambre McGill, un doctorat en musique honoris causa. La cérémonie, qui aura lieu à la salle Redpath et honorera également Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal.

Boris Brott agit plus de 50 ans en tant que force vive, que ce soit à titre de fondateur de l’Orchestre philharmonique des jeunes de Montréal alors qu’il était adolescent ou, plus récemment, celui de l’Orchestre académique national du Canada, seule école de formation professionnelle de musiciens d’orchestre au pays.

En 1992, alors que d’autres aurait envisagé de prendre leur retraite, il est retourné à l’université pour étudier le droit et enseigne maintenant la créativité et la communication aux dirigeants de grandes entreprises

Le soir de la remise de son titre honorifique, M. Brott sera à la tête de son Orchestre de chambre McGill dans un programme de musique espagnole et portugaise mettant en vedette la soprano Marie-Josée Lord, présenté à la Salle Bourgie. 

Féliciations, maestro!