Archive pour juin, 2014

Stéphane Tétreault sur Medici

26 juin 2014

Pour ses débuts en France, dans le cadre des Flâneries Musicales de Reims, le jeune violoncelliste Stéphane Tétreault ne fait pas les choses à moitié! En effet, son direct, en compagnie de la pianiste Marie-Eve Scarfone sera diffusé en direct sur Medici.tv cet après-midi à 15 h. Ils joueront Haydn, Brahms et Rachmaninov.

Lancé en 1990, le festival Les Flâneries Musicales d’été de Reims reçoit jeunes musiciens et artistes de renommée internationale qui offrent plus de cinquante concerts! Le patrimoine architectural et naturel est largement mis en valeur à cette occasion : la Basilique Saint-Remi, la demeure des Comtes de Champagne, la Cathédrale, l’Opéra, le Manège, le Cirque de Reims mais aussi le Palais du Tau ouvrent leurs portes à cet événement majeur de la vie culturelle régionale. La direction artistique du festival a été confiée depuis 2012 au pianiste Jean-Philippe Collard. Depuis, les Flâneries Musicales de Reims ont un cycle de concerts intitulé « Débuts », destiné à servir de tremplin aux jeunes talents, série dans le cadre de laquelle Stéphane Tétreault et Marie-Ève Scarfone se produisent aujourd’hui.

En attendant le live, on peut écouter Stéphane et l’OSQ dans des pages concertantes ici…

Joyeuse St-Jean

24 juin 2014

Certains aiment entendre des airs traditionnels en cette journée de Fête nationale, d’autres préfèrent les discussions animées entre amis. Vous pourriez aussi souhaiter écouter la musique de compositeurs d’ici, qu’ils soient morts (comme André Mathieu) ou vivants (ils sont nombreux). Je vous propose d’entendre Alain Lefèvre qui nous interprète ses compositions, sur l’album Jardin d’images.

On pourra aussi l’entendre à la Maison symphonique au Festival de jazz de Montréal jeudi et vendredi avec l’OSM dans une soirée qui promet d’être mémorable, dans laquelle on soulignera le 90e de la création de Rhapsody in Blue de Gershwin, les 80 ans de l’OSM et où l’on pourra entendre le pianiste en formation jazz avec le contrebassiste Michel Donato et le batteur Paul Brochu. Détails ici…

Enfin l’été

20 juin 2014

Été

Le soleil semble vouloir rester des nôtres pendant quelques jours, certains chanceux auront réussi à gruger une journée de congé supplémentaire liée à la Saint-Jean. Voilà le moment de penser au farniente, de laisser les heures s’écouler, de voler du temps au temps. Si le chant des oiseaux et le bruissement du vent dans les herbes restent des sons envoûtants, vous voudrez peut-être aussi écouter un album thématique, allongé sur votre transat. Un choix idéal, offert à prix doux, Atmosphère Été vous propose dix plages qui accompagneront vos états d’âme, du classique Summertime de Gershwin à l’Été canadien d’André Mathieu et à celui, argentin de Piazzolla ou brésilien de Villa-Lobos.

Découvrez vite cet album offert uniquement en téléchargement ici…

Deux albums Analekta salués

17 juin 2014

Deux des récentes parutions d’Analekta, Love’s Minstrels de Philippe Sly et Michael McMahon et la collaboration entre Valérie Milot et Les Violons du Roy, se sont mérité 4 étoiles sur 5 dans le numéro courant de La Scena Musicale (juin-juillet-août) qui propose en couverture un article sur le chef et fondateur de l’Orchestre de la Francophonie Jean-Philippe Tremblay.

Joseph So évoque en ces termes la personnalité de Philippe Sly:

 « L’ayant vu sur scène avec l’Ensemble Studio de la Canadian Opera Company, je peux affirmer avec certitude que voici un chanteur “authentique” – un merveilleux baryton à la voix chaude, belle et flexible, possédant une technique solide, une riche musicalité et une présence sur scène remarquable. »

S’attardant plus particulièrement sur l’enregistrement, il souligne:

« Il interprète ces morceaux avec la chaleur, la voix séduisante et l’intelligence musicale auxquelles il nous a habitués. Pour un baryton, sa voix dans les aigus est solide et puissante et il en fait ici une généreuse démonstration. Le chanteur et le pianiste nous offrent une interprétation claire, précise et très fidèle. »

Pour (re)découvrir cet album…

Le plus récent opus de la harpiste Valérie Milot, avec Les Violons du Roy et la flûtiste Claire Marchand a quant à lui séduit Marc-Olivier Laramée, qui y voit un excellent album estival.

« Ici, la touche parfaite de Valérie Milot et des Violons du Roy sauront vous envelopper. Le son envoûtant de la harpe transporte l’auditeur.

La Québécoise Valérie Milot exécute avec souplesse et agilité chacune des pièces. Dès les premières secondes de l’enregistrement, vous ferez tous un ah! […] L’ensemble formé par l’orchestre, la harpe et la flûte est à son meilleur.  »

À écouter ou télécharger ici…

Décès de Rafael Frühbeck de Burgos

13 juin 2014

Le chef d’orchestre espagnol d’origine allemande Rafael Frühbeck de Burgos, sixième directeur musical de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) de 1975 à 1976, est décédé à l’âge de 80 ans, mercredi, à Pampelune, en Espagne, tout juste une semaine après qu’il eut annoncé qu’il prenait sa retraite afin de combattre un cancer, conscient de ne plus pouvoir diriger à un niveau d’excellence.

«Nous éprouvons beaucoup de tristesse à la suite du décès de Rafael Frühbeck de Burgos, directeur musical de notre Orchestre de 1975 à 1976, a souligné Madeleine Careau, chef de la direction de l’OSM. Maestro de Burgos a combattu avec courage la maladie, souhaitant poursuivre son art jusqu’à la toute fin. Il a ainsi quitté définitivement ses activités musicales il y a seulement une semaine. En mon nom personnel et au nom de l’Orchestre symphonique de Montréal, nous tenons à offrir nos plus sincères condoléances aux membres de sa famille ainsi que ses amis.»

C’est sous sa direction que l’Orchestre a joué son premier concert au Carnegie Hall de New York. Il aura aussi accompagné l’orchestre lors de sa troisième tournée européenne.

Il avait dirigé l’OSM à deux occasions au cours des dernières années, en 2009 et en 2012. Il avait été nommé chef de l’année en 2011 par Musical America.

Nos sympathies à sa famille.

Bernard Labadie annule ses concerts

11 juin 2014

Nous avons été désolés d’apprendre que le chef fondateur des Violons du Roy Bernard Labadie doit annuler tous ses concerts pour 2014, au Canada et dans le monde. D’après la déclaration de l’attaché de presse des Violons du Roy, M. Labadie est traité en Allemagne pour des problèmes de santé jugés sérieux et retournera au Québec peu après sa convalescence.

Nous lui souhaitons un prompt et complet rétablissement.  

La fille de Debussy

9 juin 2014

Il y a de ces livres qui racontent mieux qu’une biographie un artiste, qu’il soit peintre ou compositeur. La fille de Debussy de Damian Luce est l’un de ceux-là. Dans le cadre de la préparation d’un spectacle autour de Debussy, Damian Luce est tombé sur les lettres et pages de journal de celui-ci, qui en révèlent beaucoup sur quelqu’un. Ici et là, le compositeur parlait de sa fille, Chouchou, Claude-Emma (ses deux parents lui ayant légué leurs prénoms), à laquelle il a notamment dédié son recueil Children’s Corner. Et si Chouchou, jeune adolescente, avait écrit un journal peu après la mort de son père en 1918? Qu’y aurait-on retrouvé? Bien sûr, il serait question de la petite fille qui devient jeune femme, du premier béguin, de la guerre aussi, des restrictions qu’elle implique. Il y aurait aussi bien sûr la musique du père, de ce géant qu’elle a connu autrement, humain, parfois bougon, parfois absorbé par ses partitions. Cette musique pour piano, elle se l’appropriera, une partition chaque semaine ou à peu près (on se doute bien qu’elle ne sera jamais capable de réellement déchiffrer L’Isle joyeuse notamment que, même Debussy, pourtant excellent pianiste, peinait semble-t-il à maîtriser).

« Les Ballades de Chopin sont trop belles pour que j’y mette les doigts. La musique de Claude Debussy est sûrement aussi belle, mais puisque j’avais le droit de caresser sa barbe, je peux bien caresser sa musique. »

Quelle meilleure façon au fond de connaître son père, de le faire « démourir » que de le découvrir à travers ses œuvres, à travers les pages de quelques-uns de ses contemporains, Fauré (Dolly, qui a inspiré la suite pour piano quatre-mains éponyme, était la demi-sœur de Claude-Emma) ou Ravel (qui discute avec Chouchou de ses esquisses de L’enfant et les sortilèges) par exemple.

On ressent toute l’affection que Damian Luce a su porter au personnage de cette jeune fille qui mourra des complications de la diphtérie avant même ses 14 ans. Il a privilégié ici une écriture finement ciselée, tendre, qui n’est pas sans rappeler la musique de Debussy, que l’on voudra sans doute écouter au fil de sa lecture.

« Le voilier de Marius sillonne tous mes rêves. Un jour, nous mettrons le cap vers cet horizon qui n’existe pas. Nous naviguerons sur la Mer de papa. Nous ferons le point sur un amer lointain, et sur nous-même. Et la vie sera tout entière sous le signe de l’eau et de l’air. Nous renoncerons une fois pour toutes aux deux autres éléments. La terre et le feu n’ont rien donné de bon aux hommes. La terre, c’est l’élément des tranchées, des cimetières. Il n’y a que l’arbre qui ait su en tirer quelque chose. le feu, c’est l’élément des canons et de la poudre. Il faut être un soleil pour apprivoiser le feu. Marius et moi, nous apprivoiserons les risées et seront les bergers des moutons qui courent dans les grands prés maritimes. »

La fille de DebussyÉditions Héloïse d’Ormesson, tout juste disponible au Québec.

Jayson Gillham remporte le CMIM

5 juin 2014

Le CMIM a pris fin hier soir, après dix jours d’une compétition de niveau très relevé, et a couronné des pianistes aux personnalités distinctes, qui ont osé prendre des risques au niveau du répertoire (le grand gagnant en jouant le Quatrième de Beethoven en finale, la lauréate du 3e prix en osant programmer une oeuvre très peu jouée de Hindemith en demi-finale). Ce sont l’Australien britannique Jayson Gillham qui repart avec au moins 30 000 $ (il pourrait bien repartir avec le prix du public également, annoncé demain soir lors du concert-gala), le Canadien Charles Richard-Hamelin (15 000 $ pour sa 2e position et 5 000 $ en tant que meilleur artiste canadien) et l’Allemande Annika Treutler (10 000 $).

 « Lorsque j’entends de jeunes interprètes de ce calibre, qui font preuve déjà de tant d’aplomb, de musicalité et de passion, il ne fait aucun doute dans mon esprit que notre art est promis à un très bel avenir… ils sont si talentueux qu’ils me rendent la tâche facile !» a affirmé le chef d’orchestre Giancarlo Guerrero, qui faisait ses débuts à Montréal cette semaine, à l’invitation du CMIM, et a démontré de rares dons d’accompagnateur.

Des 24 pianistes venus de 15 pays pour participer à l’épreuve quart de finale à la salle Bourgie du 26 au 28 mai derniers, 12 avaient ensuite été sélectionnés pour l’épreuve demi-finale, tenue au même endroit les 30 et 31 mai. Six d’entre eux ont eu l’occasion d’interpréter un concerto de leur choix lors de l’épreuve finale avec l’Orchestre symphonique de Montréal, les 3 et 4 juin.

Le concert de clôture aura lieu demain à la Maison symphonique suite à la cérémonie officielle de remise des prix, à 19 h 30. On pourra y entendre les trois lauréats, ainsi que le pianiste Serhiy Salov, gagnant de la première édition du Prix d’improvisation Richard-Lupien, tenu pour la première fois le 20 mai dernier. On se rappellera que Serhiy Salov avait aussi remporté le 1er Prix de la toute première édition piano du CMIM, en 2004.

 

Le plaisir de faire de la musique

2 juin 2014

Oui, bien sûr, assister à des concerts dans des lieux magnifiques de la province est une activité estivale des plus prisées. Mais si on pouvait, à la place, être l’un de ceux qui jouent dans un lieu bucolique et ce, même si on n’a pas répété pendant des années? C’est possible avec le camp CAMMAC, dont la 61e saison se tient du 29 juin au 17 août! Ici, pas de concours d’égos: les musiciens amateurs de tous les niveaux peuvent jouer dans une atmosphère détendue, non-compétitive et bilingue. Ils sont encadrés par une centaine de professeurs hautement qualifiés, reconnus pour leur passion à travailler avec les amateurs. Selon les semaines, on pourra aussi bien faire du chant choral que du Broadway, jouer du Bach ou participer à des séances d’improvisation jazz. 

Des cours sont offerts le matin, des concerts en soirée, mais l’après-midi est laissé libre, que l’on souhaite travailler son instrument, se baigner dans le Lac MacDonald, jouer au tennis ou lire au soleil.  Tous les mercredis, vous pouvez vivre une journée CAMMAC gratuitement : cours, plage, tennis, 2 repas, chorale, concert (réservation obligatoire).

Pour tous renseignements au sujet des programmes musicaux, consultez le site Internet à cammac.ca ou téléphonez au 1 888 622-8755.