Beethoven 9 Symphonies: O Mensch, gib acht! Entre les Lumières et la Révolution (6CD)

D’un « nouveau chemin » à un homme nouveau…
Introduction par Kent Nagano



Lorsque nous parlons aujourd’hui de « musique classique », particulièrement lorsque nous pensons à des compositeurs tels Joseph Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart et Ludwig van Beethoven, se forme alors l’image d’un âge d’or de la culture.
Cette représentation est encore renforcée par les noms illustres d’artistes peintres ou d’auteurs qui viennent à l’esprit et donnent à cette époque un éclat sans pareil. Or si nous regardons cette période de plus près, particulièrement les années 1800-1830 qui furent celles de la principale période d’activité et de création de Beethoven, l’image qui se profile n’est assurément pas si « dorée ».

Ces années furent celles de complets bouleversements politiques, sociaux et intellectuels ; ce furent les années où la Révolution française de 1789 et ses conséquences sanglantes, terrifiantes, jetèrent l’Europe dans un grand trouble. Des années où l’arrivée de Napoléon Bonaparte offrit un rayon d’espoir au monde, vite replongé dans les guerres et l’asservissement, les hommes dans la misère et la confusion face à leur avenir. De nouveaux rapports de forces se développèrent à différents niveaux. L’ordre politique en Europe fut réajusté : les rapports anciens que l’on croyait dépassés, révolus, furent restaurés. L’idée « nationale » suscita une dynamique propre dont il était à ce stade encore impossible de connaître les conséquences. Le jeu des forces sociales intérieures et le nouvel ordre en Europe provoquèrent des transformations significatives dans l’expérience et les valeurs humaines.

Une nouvelle image de l’homme, une nouvelle représentation de la société et du monde se forma dans la conscience des contemporains – reposant sur les thèmes hérités des lumières et désormais nouvellement appréhendés : la liberté, le progrès, l’autodétermination, le courage et la responsabilité tout comme la dignité et le bonheur. C’est pour cette nouvelle humanité que Beethoven composa sa musique ; il y vit son devoir d’artiste et la vérité de son art. L’idée d’une nouvelle humanité, d’une société nouvelle et d’un nouveau chemin à parcourir guida le compositeur, lui dicta la trame des pensées musicales que livra sa plume. C’est particulièrement vrai au regard de ses neuf symphonies.

Dès sa première symphonie, qu’il commença en 1799, Beethoven établit la symphonie comme genre type d’une œuvre complexe, dont les quatre mouvements se distinguent chacun par une atmosphère et un caractère distincts, formant un tout grâce à leur complémentarité et leurs liens réciproques. Il est frappant que Beethoven soit fondamentalement resté attaché aux traditions établies par Haydn et Mozart ; il les a prises comme point de départ pour mieux s’en éloigner ensuite. Il en a repris les caractéristiques extérieures, mais en a transformé la « signification » dans le détail et dans l’ensemble
de l’œuvre.

Beethoven a composé neuf symphonies ; chacune d’elle possède un caractère si singulier, que nous préférons renoncer à une description d’ordre général. Avec elles, au travers d’elles, Beethoven donne de nouvelles dimensions, de nouvelles qualités à la musique orchestrale, et pose par là de nouvelles exigences face aux habitudes d’écoute du public.

L’on y trouve une réflexion, des sensations, un esprit constructif dominant, une atmosphère comme des émotions – autant de qualités entrelacées d’une manière alors radicalement nouvelle. Elles sont l’expression d’une conscience cherchant à saisir les choses de ce monde et envisageant le monde dans un processus d’évolution. Ce processus tend vers un but : l’idée d’une humanité meilleure. Ces symphonies instaurent un nouveau rapport entre la musique et le public, entre les artistes et le public, créant dès lors une nouvelle compréhension de l’art de la musique dans la société. Une pratique nouvelle de la culture est de cette manière engagée, une pratique qui replace les œuvres jadis créées dans la lumière de rapports actuels – ce qu’elle doit faire, toujours et encore, pour mettre ces œuvres en résonance avec la dimension existentielle de nos expériences humaines.
Date de sortie:
04 novembre 2014
Numéro d'album:
AN 2 9150-5
Périodes:
Téléchargez l'album
Achetez l'album
Diffusion en continue sur Spotify

Beethoven 9 Symphonies: O Mensch, gib acht! Entre les Lumières et la Révolution (6CD)

Beethoven, Ludwig van (1770 - 1827)
Symphonie no 1 en ut majeur, op. 21
1
I. Adagio molto - Allegro con brio
1,99 $
8:43
2
II. Andante cantabile con moto
1,99 $
7:07
3
III. Menuetto (Allegro molto e vivace)
0,99 $
3:24
4
IV. Finale: Adagio - Allegro molto e vivace
0,99 $
5:53
Beethoven, Ludwig van (1770 - 1827)
Symphonie no 7 en la majeur, op. 92
5
I. Poco sostenuto - Vivace
2,99 $
13:23
6
II. Allegretto
1,99 $
8:09
7
III. Presto
1,99 $
8:59
8
IV. Allegro con brio
1,99 $
8:56
*Tous les prix sont en devise canadienne.

Achat sécurisé, sans tracas et téléchargement facile.

Nous acceptons les cartes de crédit Visa et Mastercard. Vos données ne sont pas partagées et leur stockage répond aux normes de sécurité les plus elevées.

Téléchargement légal, directement du producteur, sans DRM.

En téléchargeant la musique sur le site d’Analekta, vous évitez les intermédiaires et vous vous assurez d’avoir la meilleure qualité sonore possible.

Des questions? Notre service à la clientèle est là!

Notre page d’aide pratique est consacrée au magasinage sur Analekta.com et notre FAQ répond à la plupart des questions courantes. Sinon, contactez-nous par courriel.
Réponse dans les 24 heures (sauf durant les weekends et les jours fériés).

Beethoven 9 Symphonies: O Mensch, gib acht! Entre les Lumières et la Révolution (6CD)

Numéro d'album: AN 2 9150-5
Date de sortie: 04 novembre 2014

Période(s): Classique

Genre(s): Musique orchestrale

Compositeurs:
Beethoven, Ludwig van

Interprètes:
Orchestre symphonique de Montréal (OSM), | Nagano, Kent | Pieczonka, Adrianne | Wall, Erin | Fujimura, Mihoko | O’Neill, Simon | Petrenko, Mikhail



D’un « nouveau chemin » à un homme nouveau…
Introduction par Kent Nagano



Lorsque nous parlons aujourd’hui de « musique classique », particulièrement lorsque nous pensons à des compositeurs tels Joseph Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart et Ludwig van Beethoven, se forme alors l’image d’un âge d’or de la culture.
Cette représentation est encore renforcée par les noms illustres d’artistes peintres ou d’auteurs qui viennent à l’esprit et donnent à cette époque un éclat sans pareil. Or si nous regardons cette période de plus près, particulièrement les années 1800-1830 qui furent celles de la principale période d’activité et de création de Beethoven, l’image qui se profile n’est assurément pas si « dorée ».

Ces années furent celles de complets bouleversements politiques, sociaux et intellectuels ; ce furent les années où la Révolution française de 1789 et ses conséquences sanglantes, terrifiantes, jetèrent l’Europe dans un grand trouble. Des années où l’arrivée de Napoléon Bonaparte offrit un rayon d’espoir au monde, vite replongé dans les guerres et l’asservissement, les hommes dans la misère et la confusion face à leur avenir. De nouveaux rapports de forces se développèrent à différents niveaux. L’ordre politique en Europe fut réajusté : les rapports anciens que l’on croyait dépassés, révolus, furent restaurés. L’idée « nationale » suscita une dynamique propre dont il était à ce stade encore impossible de connaître les conséquences. Le jeu des forces sociales intérieures et le nouvel ordre en Europe provoquèrent des transformations significatives dans l’expérience et les valeurs humaines.

Une nouvelle image de l’homme, une nouvelle représentation de la société et du monde se forma dans la conscience des contemporains – reposant sur les thèmes hérités des lumières et désormais nouvellement appréhendés : la liberté, le progrès, l’autodétermination, le courage et la responsabilité tout comme la dignité et le bonheur. C’est pour cette nouvelle humanité que Beethoven composa sa musique ; il y vit son devoir d’artiste et la vérité de son art. L’idée d’une nouvelle humanité, d’une société nouvelle et d’un nouveau chemin à parcourir guida le compositeur, lui dicta la trame des pensées musicales que livra sa plume. C’est particulièrement vrai au regard de ses neuf symphonies.

Dès sa première symphonie, qu’il commença en 1799, Beethoven établit la symphonie comme genre type d’une œuvre complexe, dont les quatre mouvements se distinguent chacun par une atmosphère et un caractère distincts, formant un tout grâce à leur complémentarité et leurs liens réciproques. Il est frappant que Beethoven soit fondamentalement resté attaché aux traditions établies par Haydn et Mozart ; il les a prises comme point de départ pour mieux s’en éloigner ensuite. Il en a repris les caractéristiques extérieures, mais en a transformé la « signification » dans le détail et dans l’ensemble
de l’œuvre.

Beethoven a composé neuf symphonies ; chacune d’elle possède un caractère si singulier, que nous préférons renoncer à une description d’ordre général. Avec elles, au travers d’elles, Beethoven donne de nouvelles dimensions, de nouvelles qualités à la musique orchestrale, et pose par là de nouvelles exigences face aux habitudes d’écoute du public.

L’on y trouve une réflexion, des sensations, un esprit constructif dominant, une atmosphère comme des émotions – autant de qualités entrelacées d’une manière alors radicalement nouvelle. Elles sont l’expression d’une conscience cherchant à saisir les choses de ce monde et envisageant le monde dans un processus d’évolution. Ce processus tend vers un but : l’idée d’une humanité meilleure. Ces symphonies instaurent un nouveau rapport entre la musique et le public, entre les artistes et le public, créant dès lors une nouvelle compréhension de l’art de la musique dans la société. Une pratique nouvelle de la culture est de cette manière engagée, une pratique qui replace les œuvres jadis créées dans la lumière de rapports actuels – ce qu’elle doit faire, toujours et encore, pour mettre ces œuvres en résonance avec la dimension existentielle de nos expériences humaines.
1
Beethoven, Ludwig van
Beethoven, Ludwig van (1770 - 1827)
Symphonie no 1 en ut majeur, op. 21
8:43
2
Beethoven, Ludwig van
Beethoven, Ludwig van (1770 - 1827)
Symphonie no 1 en ut majeur, op. 21
7:07
3
Beethoven, Ludwig van
Beethoven, Ludwig van (1770 - 1827)
Symphonie no 1 en ut majeur, op. 21
3:24
4
Beethoven, Ludwig van
Beethoven, Ludwig van (1770 - 1827)
Symphonie no 1 en ut majeur, op. 21
5:53
5
Beethoven, Ludwig van
Beethoven, Ludwig van (1770 - 1827)
Symphonie no 7 en la majeur, op. 92
13:23
6
Beethoven, Ludwig van
Beethoven, Ludwig van (1770 - 1827)
Symphonie no 7 en la majeur, op. 92
8:09
7
Beethoven, Ludwig van
Beethoven, Ludwig van (1770 - 1827)
Symphonie no 7 en la majeur, op. 92
8:59
8
Beethoven, Ludwig van
Beethoven, Ludwig van (1770 - 1827)
Symphonie no 7 en la majeur, op. 92
8:56