fbpx
AN 2 9297 – Sas Agapo

Sas Agapo

Compositeurs
Interprètes
Date de sortie 30 septembre 2016
Numéro de l'album AN 2 9297
Periodes Autres
Genres Piano

Ils en ont parlé

Informations sur l'album

Mes images, mon scénario…

Pour chacune des oeuvres de Sas Agapo, il y a mes images, mon scénario, mon interprétation de « tableaux de vie » qui prennent place à des moments bien précis dans le temps, où les thèmes s’imposent à moi sans que je sois au piano à la recherche de ceux-ci. Les courts textes servent donc à circonscrire le contexte dans lequel chacune fut composée. Cependant, libre à ceux de les découvrir sans explication aucune et d’y voir leurs propres images, leur propre scénario…

Sas Agapo

De toutes les pièces qui figurent sur ce CD, lesquelles furent toutes composées en Grèce, Sas Agapo (Je vous aime) est la seule dont l’écriture pianistique contient les accents de ce pays qui par moments révèlent une influence orientale. Elle est l’âme du peuple grec que je remercie de son accueil à bras ouverts, de sa générosité, de son art de vivre, de son courage, de sa sagesse et plus que tout, de son esprit libre.

Elpida (Espoir)

Il y a le chagrin, l’épreuve, la lassitude, la tromperie, la déception, la douleur, puis il y a « elpida », qui signifie « espoir » en grec. Ici, toute l’émotion est tendue vers la force et la résilience du peuple grec tant éprouvé depuis ces dernières années, lequel continue de résister, de se tenir debout, de garder espoir, de vivre chaque jour jusqu’au bout, comme s’il n’y avait pas de lendemain… Elpida c’est aussi la fragilité, la quête et finalement la prière, toujours dans l’attente et l’espoir que celle-ci soit entendue…

Domino

Il s’appelait Domino… irrésistible compagnon canin, exultant d’allégresse pour le plus grand bonheur des petits comme des grands, jusqu’au jour où il fut férocement attaqué à mort par un chien méchant, de trois fois sa taille, alors qu’il était dans les bras de sa maîtresse, laquelle n’a pu hélas le sauver… Scène d’horreur que l’on préfère oublier mais qui dépeint une réalité similaire, celle même de l’homme, où d’innocentes victimes meurent au quotidien, sans raison, sous les mains d’assaillants sans scrupules. Cette pièce à la mémoire de Domino, se veut avant tout sereine et consolatrice…

Non Retour 

Les frontières invisibles sont les plus dangereuses, car certaines de leurs limites ne peuvent être franchies, au risque de se perdre, de tout perdre. Et c’est ce qui arrive quand des mots irrécupérables par leur force de frappe ont été prononcés et que le retour en arrière est impossible. Non Retour est cette cassure, cette fin, cette triste déchirure en amour comme en amitié, où l’âme soeur et l’ami ne reviendront pas.

Promenade à Kavouri

Il y a de ces moments de grâce, où le temps prend une pause de la vie et où plus rien ne compte, sauf l’objet de son émotion qui dès lors envahit tout l’espace pour y laisser une empreinte que l’on veut immortaliser… L’une des plus émouvantes scènes dont je fus témoin s’est déroulée à Kavouri, en bordure de la mer Égée. Un très vieux couple grec, d’allure modeste et discrète, marchait lentement le long de la promenade, avec eux, deux chaises, une petite table en plastique et un sac de plage. L’homme et la femme se sont alors installés sur une énorme pierre, puis ont sorti du sac un fromage et une bouteille de Tsipouro, pour ensuite contempler la mer à l’unisson, sans mots échangés, mais simplement le partage complice d’un frugal goûter et d’une vue divine à couper le souffle. L’amour et la douceur qui émanaient d’eux m’a complètement bouleversé. C’était « la » vérité, sans artifices…

Prémonition

Un soir d’Hiver en Grèce, alors que le soleil venait de s’éteindre dans la mer et que je regardais le journal télévisé relatant toutes les mauvaises nouvelles et horreurs qui sévissent sur notre planète, je fus pris d’une effroyable prémonition sur l’avenir de notre humanité, laquelle m’a complètement bouleversé… Dans l’instant qui a suivi, je suis allé au piano et ai composé Prémonition, me libérant ainsi de ce que je veux croire être une erreur de parcours de mon imaginaire.

Le Bel Amour

Ça n’arrive qu’au cinéma… et pourtant, Le Bel Amour s’inspire de l’union de deux êtres qui se sont rencontrés avec déjà toute une vie derrière eux. Ivresse d’un bonheur inattendu qui célèbre le recommencement et la beauté, dans le fait de s’abandonner et de faire confiance en une destinée heureuse, en dépit de l’expérience accumulée au fil des ans, qui souvent freine par son scepticisme, la spontanéité si naturelle au coeur de l’enfant.

Grand Carnaval

Avec comme toile de fond le célèbre Carnaval de Patras, on retrouve dans une belle folie, toute la quintessence de l’allégresse, de l’insouciance et de l’exultation propres à ce genre de fête. Mascarades, confettis, serpentins, paillettes, feux d’artifices, danse et musique défilent en boucle, dans un tourbillon de joie et de félicité. C’est le coeur qui bat la mesure de son bonheur!

Présentation et textes de Johanne Martineau, d’après les propos d’Alain Lefèvre.

Lire la suite

À propos

Alain Lefèvre

Start typing and press Enter to search