fbpx
FL 2 3035

Hommage à Piatigorsky

Date de sortie 17 août 1995
Numéro de l'album FL 2 3035
Periodes Contemporaine
Genres Musique de chambre

Informations sur l'album

Les derniers mots que j’ai entendus de la bouche de Piatigorsky lorsque j’ai quitté Los Angeles pour accepter avec un peu d’appréhension mon premier poste d’enseignant en 1976 ont été: « Denis, il y a deux catégories de personnes sur cette terre: celles qui t’encoura-geront et celles qui voudront te décourager. Reste près des premières et éloigne-toi des autres, ainsi tout ira bien. »

Les cinq années passées auprès de Piatigorsky demeureront les années les plus importantes de mon développement musical et personnel. J’ai eu la rare opportunité de pouvoir être très proche de ce grand maître et ainsi, grâce à lui, de pouvoir apprécier de façon directe et inestimable le lien entre les compositeurs et les artistes du passé. Cet enregistrement est un hommage personnel à Grisha, une façon pour moi, faut-il le dire, d’honorer mon professeur et mon mentor.
Denis Brott, août 1990, Toronto, Canada

Piatigorsky Variations on a Theme of Paganini (Variations sur un thème de Paganini)

Écrites à partir de l’un des thèmes musicaux les plus connus, ces 15 variations sont des vignettes musicales, peignant de façon caricaturale et descriptive des personnalités dont la liste pourrait constituer le bottin des grands artistes du XXe siècle. À tour de rôle, nous rencontrons Casals, Hindemith, Garbousova, Morini, Salmond, Szigeti, Menuhin, Milstein, Kreisler, Piatigorsky lui-même, Cassaddo, Elman, Bolognini, Heifetz et Horowitz. Créée par le compositeur lors de la fameuse « Bell Telephone Hour » du réseau américain NBC, cette œuvre a été écrite à l’origine pour violoncelle et orchestre et, par la suite, a été transcrite pour violoncelle et piano par Piatigorsky.

Syrinx (pour violoncelle seul)

Homme au goût impeccable, qui savait reconnaître la qualité et était indifférent aux modes, Piatigorsky a aimé et acquis des œuvres d’art impressionistes. Soutine, Monet et autres ornaient plusieurs des murs de sa maison et étaient une source d’inspiration contemplative sans fin pour tous ceux qui pénétraient dans le domaine privé. Il s’était fait le défenseur de la Sonate de Debussy, l’interprétant en première audition dans plusieurs villes du monde, lui insufflant la vie comme aucun autre interprète, révélant ses secrets de façon émouvante et personnelle. Le titre lui-même est suffisamment révélateur et me fait croire que c’était une façon pour Piatigorsky de remercier Debussy pour sa magnifique Sonate.

Promenade (pour violoncelle seul)

Cet hommage à Prokofiev constituait pour Piatigorsky le souvenir de leurs promenades bras dessus, bras dessous. C’est une œuvre vivante et drôle que seul Prokofiev — ou un imposteur du même acabit — aurait pu écrire!

Menotti Suite for two Cellos and Piano (Suite pour deux violoncelles et piano)

Comme nous étions tous les deux professeurs au Curtis Institute de Philadelphie à la même époque, nous nous croisions souvent dans la salle commune ou dans l’escalier principal, pressés que nous étions de rejoindre nos salles de classe (Nous étions tous les deux toujours en retard!). « Mon cher Gian Carlo, criait-il lors de ces brèves rencontres, quand allez-vous m’écrire une pièce pour violoncelle? » Je n’ai jamais pris cette invitation au sérieux, la traitant comme cette sorte de souhait poli, amical que réservent les interprètes aux compositeurs. « Un jour, bientôt, promis », répondais-je toujours poliment, sans me compromettre.

Toutefois, un jour, alors que nous nous rencontrions à midi, il m’attrapa par le bras et insista pour que nous allions manger ensemble. « Je regrette que vous ne preniez pas ma commande de concerts au sérieux. Je veux que vous écriviez un grand concerto pour moi. Mais pas la chose habituelle; cela doit être différent. La plupart des compositeurs pensent que pour écrire un concerto il faut garder l’orchestration mince et légère de façon à ne pas couvrir l’ins-trument soliste. Pas pour moi! Je veux que vous utilisiez un énorme orchestre et que vous écriviez les intensités qui vous plaisent. Je peux toujours être entendu et aucune orchestration ne peut couvrir la sonorité de mon violoncelle. Je montrerai quelle puissance un violoncelle peut avoir entre mes mains. Nous étonnerons le monde. » Je l’écoutais poliment au fur et à mesure qu’il s’emportait à propos de l’opulente orchestration de mon futur concerto.

Quelques semaines passèrent et de nouveau nous nous sommes rencontrés pour déjeuner. « Où en êtes-vous avec mon concerto? » « Bien… j’y pense », dis-je en souriant évasivement. « Ah, je ne vous ai pas dit quel genre de concerto je voulais que vous m’écriviez. Ce doit être quelque chose de différent, quelque chose de nouveau. Vous voyez, la plupart des compositeurs pensent que le violoncelle est un pachyderme lent et mélancolique, un rustaud sentimental. Je veux que vous écriviez une pièce très légère, heureuse, spirituelle, friponne, comme une sonate de Scarlatti, utilisant une orchestration transparente, semblable à celle de la musique de chambre… » « Bonne idée, j’y penserai », dis-je, heureux de voir que l’énorme orchestre du déjeuner précédent s’était évanoui dans l’air.

Quelques autres semaines s’écoulèrent. Cette fois nous nous sommes rencontrés à la fin de la journée et sommes donc allés dîner. « Avez-vous commencé mon concerto? » « Pas encore. » « Bien; j’ai une idée. J’ai horreur des chefs et des orchestres symphoniques. Tout cela est tellement commercial. Pourquoi pas une charmante pièce de musique de chambre? Que pensez-vous de deux violoncelles et piano? Vous savez, je ne suis pas une prima donna. J’adore partager la soirée avec un collègue ou même un élève… » Il était irrésistible. S’il vous aimait, c’était impossible d’échapper à son charme irrésistible.

J’ai succombé et je lui dois d’avoir finalement écrit ma première pièce de musique de chambre d’importance. Plus tard, avec Leslie Parnas, il m’a récompensé en m’offrant une brillante et inoubliable performance. Merci, cher Grisha! (Texte de Gian Carlo Menotti)

Beglarian: Of Fables, Foibles and Fancies

1. The Tree (L’Arbre): Aux nouvelles à la BBC: les habitants d’un village aux îles Solomon se lèvent à l’aube et tentent de tuer les arbres en leur poussant des cris.

2. The Waitress (La Serveuse): Harry Golden, qui explique les merveilles stupéfiantes de l’univers, guarantissant la paix de l’esprit en nous contant que, comparées aux complexités célestes, les inquiétudes du système digestif de l’homme (choisir « limas » plutôt que « beans ») ne sont pas dépourvues d’humour.

3. Poisonous Root (La Racine empoisonnée): Une fable africaine qui raconte l’histoire d’un homme de Tanganyika dont l’une des femmes, tentant d’empoisonner l’autre, se rend compte que la racine empoisonnée choisie donne en fait à sa rivale plus de force et d’énergie.

4. The Tower (La Tour): Ce conte populaire perse arrive à une conclusion macabre par le biais d’une solution basée sur le résonable raisonnement qu’une tour est en fait un puits inversé. Rempli d’humour et délicieusement simple, ce mouvement laisse l’auditeur béatement stupéfait et admiratif! Tenant compte — tout compte fait — du compte des contes, il fut décidé que chaque conte serait introduit par un leimotiv.

Haydn Divertimento (transcription de Piatigorsky)

Musicien à la cour du Prince Esterhazy, Haydn était toujours à la recherche de moyens pour plaire à son bienfaiteur, n’oubliant jamais que ce dernier tenait les cordons de la bourse. Esterhazy jouait du baryton, instrument à cordes longtemps oublié dont le registre est semblable à celui du violoncelle. Une cohorte de musiciens compatissants, mais pas toujours, incitèrent Haydn à écrire plus de 100 trios pour cet instrument. Depuis que le baryton n’est plus en usage, cette magnifique musique est restée silencieuse, à l’exception de ce Divertimento. Par la transcription de cette charmante œuvre pour le violoncelle et le piano, Piatigorsky nous ramène au temps du charme et de l’élégance que fut le XVIIIe siècle, pour le plus grand plaisir de l’interprète et du public.

Sauf indication contraire, les notes
sont de Denis Brott, 1990.

Lire la suite

À propos

AN 2 9136 Bach Oeuvres Celebres
AN 2 9136 Bach Oeuvres Celebres
AN 2 9136 Bach Oeuvres Celebres
AN 2 9136 Bach Oeuvres Celebres

Start typing and press Enter to search