fbpx
AN 2 9879 Bach Krebs Abel – Peres et Fils: Musique du Cercle

Bach, Krebs, Abel - Pères et fils: Musique du cercle de Johann Sebastian Bach à Leipzig

Ils en ont parlé

Informations sur l'album

Pères et Fils: Musique du cercle de Johann Sebastian Bach à Leipzig

La musique de Johann Sebastian Bach ainsi que des oeuvres de ses étudiants Karl Friedrich Abel et Johann Ludwig Krebs, deux compositeurs qui non seulement étaient des amis et associés de Bach, mais également membres de familles auxquelles Bach était étroitement lié, sont rassemblées dans le présent enregistrement. Ces oeuvres nous démontrent les multiples façons dont Bach entretenait d’étroits liens avec ses étudiants, soit en leur composant des oeuvres, en les aidant à trouver un emploi ou en promouvant leur musique.

Les trois sonates pour viole de gambe et continuo de Bach furent probablement composées entre 1736 et 1741, alors que Bach travaillait à Leipzig. En plus de ses responsabilités de Kantor de la Thomasschule, Bach était devenu directeur du Collegium Musicum de Leipzig en 1729. Ce groupe de musiciens professionnels et d’étudiants du niveau universitaire donnait au moins un concert par semaine au Café de Gottfried Zimmermann ou dans le jardin de celui-ci à l’extérieur de la ville en été. Bach a composé de nouvelles oeuvres et a produit de nouveaux arrangements pour d’anciennes compositions pour ce groupe. Les sonates pour viole de gambe pourraient faire partie de ces arrangements. La sonate en sol majeur existe également dans une version assurément antérieure pour deux flûtes et continuo, alors que la sonate en sol mineur est vraisemblablement un arrangement d’un concerto aujourd’hui perdu, dans le style des concertos brandebourgeois.

C’est cet instrument, la viole de gambe, qui établit le lien entre Bach et la famille Abel. Le père de Karl Friedrich, Christian Ferdinand Abel, fut violiste au service du prince Léopold I d’Anhalt-Köthen, lui-même passionné de la viole de gambe. Bach avait rejoint Abel au service du prince en 1717 et les deux musiciens devinrent de grands amis. Bach fut choisi comme parrain de la première-née d’Abel. Le jeune Abel, virtuose de la viole de gambe également, se rend à Leipzig après le décès de son père où il a probablement collaboré avec Bach. Karl Friedrich Abel est demeuré très proche de la famille de Bach durant presque toute sa vie, ayant collaboré avec le fils de Bach, Wilhelm Friedemann, à Dresde dans les années 1740, avant de se rendre à Londres où il partage une maison avec Johann Christian Bach, à qui il s’associe pour fonder la première série de concerts pour abonnés d’Angleterre. Il se peut que les sonates pour viole de gambe furent arrangées pour l’un des Abel, soit pour le père à Köthen ou, ce qui semble désormais plus probable, pour le fils à Leipzig. La sonate en mi mineur d’Abel fut composée vers la fin de sa carrière, probablement lors d’un voyage à Postdam et Berlin en 1782, vraisemblablement afin d’impressionner Frédéric-Guillaume II, prince héritier de Prusse et gambiste dans sa jeunesse.

Le lien entre la famille Krebs et Bach s’est tissé bien avant celui avec les Abel. Johann Tobias Krebs fut organiste et étudia avec Bach, de cinq ans son aîné, à Weimar entre 1714 et 1717. Il copia plusieurs morceaux pour clavier de Bach. Le fils de Krebs, Johann Ludwig, également organiste, était élève à la Thomasschule de Leipzig alors que Bach s’y trouvait, et semble avoir été un élève particulièrement prisé. Bach a rédigé un rapport pour le jeune Krebs alors que celui-ci sortait de la Thomasschule, faisant l’éloge de ses qualités de compositeur et soulignant son talent au clavier, au violon et au luth, concluant qu’il le « recommande chaleureusement ». Un jeu de mots de Bach lui-même disait que « dans la grande rivière [Bach], on n’a pu pêcher qu’un seul crabe [Krebs]. » Après l’obtention de son diplôme, Krebs continua d’apporter son aide à Bach à la Thomasschule et maintint ses fonctions de claveciniste du Collegium Musicum. Tout comme son père, Krebs devint copiste pour Bach, et plusieurs sources importantes, particulièrement celles pour cantates, se trouvèrent entre ses mains. Le nom de Krebs fut également évoqué à titre de compositeur de certaines oeuvres pour clavier, auparavant attribuées à Bach. Réciproquement, Bach a également fait la promotion des oeuvres de Krebs, offrant de vendre une collection d’oeuvres pour clavier de Krebs en même temps que ses propres compositions et celles de son fils lors d’une activité de mise en vente de livres et musiques. Le trio en do mineur est une oeuvre pour orgue, et se dit trio puisqu’il est construit en trois lignes mélodiques, dont deux sont jouées sur les claviers de l’orgue et l’autre, sur les pédales. Organiste dès 1755 à l’église du château d’Altenbourg, Krebs avait à sa disposition un orgue à deux claviers, instrument qu’il « aimait plus qu’un père ».

Bien que rien ne suggère que Bach, Abel et Krebs n’aient été au même endroit au même moment, il n’est pas impossible que cette rencontre ait bel et bien eu lieu. Abel et Krebs se retrouvaient à Leipzig vers 1737, et il n’est pas du tout inconcevable d’imaginer Abel, jeune virtuose de la viole de gambe, jouer les trois sonates de son nouveau professeur fraîchement arrangées, aux côtés de Krebs et son clavecin, alors que Bach les écoutait avec fierté au Café Zimmermann.

© Derek Katz
Traduction : Lucie Martin

Lire la suite

À propos

AN 2 9763
Luc Beauséjour
AN 2 9763
AN 2 9763

Start typing and press Enter to search