fbpx
AN 2 9145 Chopin Ballades Impromptus

Chopin : Ballades & Impromptus

Compositeurs
Date de sortie 20 septembre 2019
Numéro de l'album AN 2 9145
Periodes Romantique
Genres Piano

Ils en ont parlé

Informations sur l'album

Cette intégrale des ballades et des impromptus de Frédéric Chopin permet d’apprécier deux versants importants de son œuvre : parallèlement au souffle narratif dont témoignent les ballades, les quatre impromptus révèlent une autre facette de Chopin en nous rapprochant de son talent d’improvisateur.

Les ballades de Frédéric Chopin

Les ballades de Frédéric Chopin sont les premières œuvres instrumentales à porter ce nom, originellement utilisé pour désigner des pièces vocales raffinées. De forme très libre, elles présentent toutes quatre un parcours psychologique similaire, dans lequel la tension va en s’accroissant jusqu’à une fougueuse coda. Elles sont également caractérisées par leur rythme ternaire, qui souvent donne l’impression d’un battement de cœur (op. 23) ou d’un bercement (op. 38, 47, 52) et par leur ton sérieux. Écrites entre 1831 et 1842, elles témoignent de l’évolution de l’écriture pianistique de Chopin : la Ballade nº 1 en sol mineur, op. 23, dont il commence la composition à Vienne au printemps 1831, alors que ses compatriotes souffrent de la répression russe à la suite de l’insurrection de Novembre, montre que le jeune homme s’éloigne du « style brillant » de ses débuts pour créer ce « monde nouveau » et plus personnel qu’il évoque dans une lettre à son ancien professeur, Józef Elsner. Achevée à Paris en 1835 et publiée l’année suivante, cette œuvre suscite l’admiration de Robert Schumann, qui avoue la préférer à toutes les compositions antérieures de Chopin. Si cette première ballade brille par une cohésion et par une fluidité formelle attribuables à la parenté de ses deux thèmes principaux et au soin apporté aux transitions, il en va tout autrement pour la Ballade nº 2 en fa majeur, op. 38, commencée en 1836 et complétée lors du désastreux séjour de Chopin à Majorque avec George Sand lors de l’été 1839. Constituée de la juxtaposition d’épisodes contrastants, au caractère tantôt pastoral, tantôt furieux, cette ballade commencée par un paisible andantino en fa majeur – que Chopin jouait souvent en public sans la suite – s’achève avec un bref rappel de celui-ci, cette fois dans la lugubre tonalité de la mineur. Débutée l’année suivante et terminée chez George Sand à Nohant lors de l’été 1841, la Ballade nº 3 en la bémol majeur, op. 47, se distingue par son atmosphère plus ensoleillée. Là où les deux premières ballades se terminent sur une note sombre, la troisième ballade se clôt plutôt sur une fin triomphale. C’est aussi à Nohant, l’année suivante, que Chopin compose la majeure partie de la Ballade nº 4 en fa mineur, op. 52, qu’il achève à son retour à Paris à la fin de l’été 1842. Plus méditative, plus lyrique que les précédentes, cette œuvre, par sa subtilité harmonique et son raffinement contrapuntique, est l’une des premières, avec l’Impromptu nº 3 en sol bémol majeur, op. 51, qui appartiennent pleinement au « style tardif » que Chopin développera jusqu’à sa mort prématurée, en 1849.

Les impromptus de Frédéric Chopin

Après les ballades et leur vaste architecture formelle viennent les impromptus, de dimensions plus restreintes, qui montrent l’affection de Chopin pour les miniatures et les morceaux de salon. Les impromptus op. 29, 51 et 66 sont construits selon une forme ABA, où B revêt, le plus souvent, un caractère introspectif. Avec son plan formel beaucoup plus libre, où aucune section n’est répétée à l’identique, l’Impromptu nº 2 en fa dièse majeur, op. 36, se rapproche davantage d’une pure improvisation, où des idées parfois disparates se coulent l’une dans l’autre de façon organique. L’ordonnancement des impromptus sur cet enregistrement correspond à leur ordre de publication : la Fantaisie-Impromptu, op. 66, a été composée autour de 1834, soit avant les trois autres impromptus (respectivement écrits en 1837, 1839 et 1842), mais est parue de façon posthume en 1855 – l’épithète « fantaisie » étant d’ailleurs un ajout de Julian Fontana, qui a réalisé la première édition de cette œuvre.

© Florence Brassard

Lire la suite

À propos

Charles Richard-Hamelin
AN 2 8907 Back to Bach

Start typing and press Enter to search