AN 2 8781

Canciones

Date de sortie 23 février 2018
Numéro de l'album AN 2 8781
Periodes XXe siècle

Informations sur l'album

Peu de styles musicaux nationaux sont aussi liés à un instrument que l’Espagne l’est à la guitare. L’instrument semble contenir les couleurs, l’esprit même des diverses régions du pays dans son boîtier de bois. Cet album, intitulé Canciones, démontre aussi avec brio que beaucoup de compositeurs espagnols avaient une aptitude innée à explorer les possibilités profondément intrigantes de l’instrument.

Ce programme comporte des œuvres de compositeurs espagnols de la fin du XIXe et du XXe siècles. Si plusieurs (comme Joaquín Rodrigo et Joaquín Turina) ont écrit fréquemment et éloquemment pour l’instrument, d’autres entendus sur cet enregistrement (comme Isaac Albéniz et Manuel de Falla) ont composé des œuvres conçues à l’origine pour d’autres instruments (comme le piano et la voix) qui ont été transcrites pour la guitare – ce qui, rétrospectivement, était un développement tout naturel. Pourtant, malgré les différences apparentes, les éléments qui lient et unissent les compositeurs de cet enregistrement sont les plus importants et les plus gratifiants. Tous ces compositeurs, d’Albéniz à Federico Moreno Torroba et Rodrigo (ce dernier né à Valence), s’inspirent de l’histoire musicale intensément riche de l’Espagne ainsi que de cette tradition folklorique qui fut tout aussi importante. Plusieurs, comme Albéniz et de Falla, ont été directement influencés par le père du nationalisme musical espagnol, Felipe Pedrell, et tous prisaient la musique folklorique et les danses espagnoles en tant que source d’inspiration directe et majeure pour leurs compositions. Pour sa part, le célèbre auteur Federico Garcia Lorca a non seulement interprété des chants folkloriques, mais les a accompagnés au piano dans des arrangements de sa création.

Tous les compositeurs présents sur cet album ont non seulement évoqué l’origine populaire et folklorique de beaucoup de musique espagnole, mais chacun, à sa manière, a tracé les contours de sa nation en lignes musicales. La Suite española d’Albéniz (1887) et Siete canciones populares españolas (1913) de de Falla évoquent, lors de voyages de découvertes en musique, les diverses régions d’Espagne. La gracieuse «Granada» (serenata) décrit la région d’Andalousie aussi efficacement que «Sevilla» (sevillanas) le fait pour Séville. La corranda courtoise symbolise la Catalogne natale d’Albéniz de manière aussi touchante que «El paño moruno» de Falla rappelle la musique rythmiquement emphatique de Murcia tandis que, «Nana», d’Andalousie, évoque la berceuse que la mère du compositeur lui chantait. Si l’assimilation et la réinterprétation des chansons folkloriques de l’Andalousie native de Garcia Lorca se caractérisaient par des inflexions harmoniques piquantes et d’élégantes arabesques mélodiques, Joaquín Rodrigo préférait, dans sa Tonadilla majestueuse (une sorte d’intermezzo musical de danse écrit à l’origine pour deux guitares), souligner la glorieuse histoire musicale espagnole d’un âge révolu.

Les deux maîtres de la composition de la guitare du XXe siècle, Moreno Torroba (né à Madrid) et Turina (de Séville) ont tous deux été inspirés par la présence et l’inspiration d’Andrés Segovia, le guitariste qui a donné à l’instrument une crédibilité et une notoriété internationales. La Sonatina est une œuvre de jeunesse de Moreno Torroba (qui ne pouvait pas jouer l’instrument) en trois mouvements, conçue et composée pour Segovia, qui intègre la forme classique à un romantisme essentiellement espagnol et qui démontre les possibilités lyriques, mais aussi plus ouvertement expressives de l’instrument. La Sonate de Turina de 1931 (également composée pour Segovia) a fusionné un soupçon d’impressionnisme français avec l’idiome du flamenco à la manière des autres compositeurs espagnols décrits comme nationalistes, tels que Pedrell, de Falla et Moreno Torroba. Ces œuvres ont également témoigné d’une vitalité rythmique, d’une variété tonale et d’une gamme de sonorités assorties tout en exigeant une maîtrise technique considérable de l’instrument.

Cet album demeure davantage qu’une série d’images musicales de l’Espagne. C’est plutôt une tapisserie musicale tissée des régions et des contrastes de l’Espagne, de ses sources d’inspiration et de ses multiples influences. Et pour évoquer le cœur battant de cette Espagne et peut-être même son «âme», il est naturel que l’on se tourne vers la guitare.

© Richard Turp, 2017

Lire la suite

À propos

Adam Cicchillitti
AN 2 9136
AN 2 9136
AN 2 9136

Start typing and press Enter to search