fbpx

Informations sur l'album

Les jazzophiles tout autant que les personnes qui veulent sortir des sentiers battus en matière de musique du temps des Fêtes, trouveront dans ce Jazz pour Noël le parfait antidote au blues déclenché par les célébrations de fin d’année. Avec comme soliste invité le saxophoniste Jean-Pierre Zanella, Lorraine Desmarais revisite et réinvente même des incontournables comme Jingle Bells ou Ave Maria de Schubert en nous ménageant des surprises grâce à ses remarquables arrangements. Lorraine Desmarais, qui a su s’imposer comme une voix importante du jazz moderne au Québec de même qu’à l’étranger, est accompagnée de ses complices Camil Bélisle (batteur) et Frédéric Alarie (contrebassiste) dans le cadre de ce premier enregistrement sur étiquette Analekta.

Album de Noël jazz, de Lorraine Desmarais

Pour tout créateur, peu importe la discipline, chaque nouvelle œuvre est une occasion de mesurer le chemin parcouru depuis les tâtonnements initiaux, de récapituler le passé pour mieux embrasser l’avenir. Cet album de Noël de Lorraine Desmarais, qu’on aurait tort de percevoir comme un simple divertimento, ne fait pas exception à cette règle.

Il faut dire qu’au fil des vingt dernières années, la pianiste et compositeure montréalaise Lorraine Desmarais a su s’imposer comme une voix importante du jazz moderne au Québec et même à l’étranger. Cette réussite apparaît d’autant plus remarquable que cette titulaire d’un premier prix de maîtrise en piano classique n’avait sans doute pas prévu de consacrer sa carrière à la note bleue. Mais la vie, comme le jazz, se nourrit de rencontres aussi imprévues qu’heureuses, comme celles alors virtuelles de la jeune Desmarais avec ses premières idoles, Bill Evans et Chick Corea, dont les exemples ont fait bifurquer la trajectoire de cette enfant de Chopin.

Quatorze ans après leur collaboration sur l’album Vision, cette séance constitue en quelque sorte des retrouvailles pour Lorraine Desmarais et son invité, le saxophoniste Jean-Pierre Zanella. Érudit et véritable champion de la musique brésilienne en nos latitudes, Zanella apporte à ce projet placé sous le parrainage spirituel de ce bon vieux Père Noël la sonorité lancinante de son saxophone, qui balance avec grâce entre saudade authentique et l’esprit de réjouissance que commande la saison. Ce sont aussi ses complices désormais indispensables que sont le batteur Camil Bélisle et le contrebassiste Frédéric Alarie que Lorraine Desmarais retrouve avec un plaisir manifeste et audible sur ce nouvel opus qui, au-delà de sa dimension saisonnière, fait en quelque sorte suite aux excellents albums intitulés Bleu Silence et Love.

De l’incontournable  » Jingle Bells  » à l' » Ave Maria  » de Schubert, le répertoire est certes archiconnu, ce qui n’exclut cependant pas quelques surprises, dues notamment à la finesse et à l’intelligence des arrangements. En effet, sur le plan de l’orchestration comme sur celui de l’interprétation, on comprend sans peine l’ampleur du défi que posent ces airs familiers du temps des Fêtes : plus encore que pour les standards usuellement empruntés aux vieilles comédies musicales de Broadway, il s’agit pour Lorraine Desmarais et ses partenaires de garder à ces mélodies le charme et la candeur qui les ont rendues si chères à nos cœurs, tout en y injectant suffisamment de fougue et d’invention pour les faire swinguer ainsi que le doit toute œuvre de jazz. Inutile de dire que les musiciens ici réunis ont su relever avec rigueur, avec grâce et, surtout, avec bon goût, le gant qui leur était ici jeté.

C’est le romancier et encyclopédie montréalaise du jazz Gilles Archambault, je crois, qui écrivait que les albums de Noël, même signés par des artistes de jazz, renvoient quasi forcément à l’univers de l’enfance. Avec la joie d’un enfant choyé, qu’il me soit alors permis de remercier Lorraine Desmarais d’avoir glissé si élégamment dans nos bas de Noël ce cadeau qui non seulement témoigne du chemin parcouru en plus de vingt ans de carrière, mais laisse présager, comme le titre d’une chanson bien connue, que le meilleur reste encore à venir ( » The Best Is Yet To Come « ).

Et si c’est vraiment le cas, ainsi que je le crois, alors les vingt et quelques prochaines années promettent bien d’autres réjouissances et non des moindres.

© Stanley Péan
Écrivain et amateur de jazz

Lire la suite

À propos

AN 2 8746 Ovation
AN 2 8746 Ovation
AN 2 8746 Ovation
AN 2 8746 Ovation

Start typing and press Enter to search

Octet in F major / Octuor en fa majeur | OSM Chamber Soloists / Les Solistes de l'OSM