fbpx
AN 2 8822

La musique de l'image

Compositeurs
Interprètes
Date de sortie 24 février 2004
Numéro de l'album AN 2 8822
Periodes Contemporaine

Informations sur l'album

Le moins que l’on puisse dire c’est que la carrière du compositeur Richard Grégoire a été bien remplie. À son retour d’Europe au début des années 70, après avoir accumulé un bagage impressionnant d’expériences – notamment en électroacoustique auprès de Pierre Schaeffer et en composition avec Gilbert Amy – il s’est fait connaître comme arrangeur, orchestrateur et directeur musical. Mais il devait vite se rendre à l’évidence que la musique de film (et, accessoirement, de séries télévisées) allait devenir son terrain de chasse préféré.

Après avoir assisté Lewis Furey pour la musique de Maria Chapdelaine de Gilles Carle et Night Magic du même Furey, il s’est vu confier par Yves Simoneau sa première trame musicale à part entière. C’était en 1985. Le film s’intitulait Pouvoir intime. Ce fut le début d’une longue et fructueuse collaboration. En 17 ans, le cinéaste et le compositeur allaient se retrouver sur sept autres projets: Les Fous de Bassan (1986), Dans le ventre du dragon (1988), Perfectly Normal (1990), 36 Hours to Die (1998), Nuremberg (1999-2002), Ignition (2001), sans oublier Napoléon (2002).

Loin de le paralyser, les contraintes liées au cinéma l’inspirent: « Il y a des compositeurs qui ne sont pas à l’aise dans la musique de film, remarque Richard Grégoire. Ils veulent avant tout faire leur propre musique. La musique de film, ils trouvent que ça les limite. Moi, c’est le contraire, ça me stimule. J’aimais bien me poser des limites et que des limites me soient imposées. (…) Le musicien est là pour servir le film. C’est important de garder cette attitude ».

Aussi privilégiée fut-elle, sa collaboration avec Yves Simoneau ne l’a pas empêché d’exercer ses talents pour d’autres réalisateurs. On lui doit notamment la musique de Léolo de Jean-Claude Lauzon. Jean Beaudin fit appel cinq fois à ses services, à commencer par la musique des Filles de Caleb pour laquelle Grégoire décrocha à la fois un Félix et un Prix Gémeaux. Il devait également remporter un Félix pour sa musique de Marguerite Volant mise en scène par Charles Binamé avec lequel il a travaillé à quatre autres reprises. Parmi ses autres récompenses, mentionnons deux autres Prix Gémeaux (pour la télésérie Shehaweh et Les Bottes) ainsi qu’un Prix Génie pour Being at home with Claude de Jean Beaudin.

© Luc Perreault, 2004

Monsieur Grégoire a reçu le Prix Jutra—Hommage 2004 pour sa contribution à la production cinématographique québécoise.

Lire la suite

À propos

AN 2 9520 Clarke Ravel The End of Flowers

Start typing and press Enter to search