fbpx
AN 2 9780

Joyaux médiévaux

Compositeurs
Interprètes
Date de sortie 19 septembre 2006
Numéro de l'album AN 2 9780
Periodes Médiévale

Informations sur l'album

La musique médiévale : l’illustration de la beauté de l’univers

La musique de l’homme médiéval est issue de sa propre conception de l’univers visible et invisible. L’homme, achèvement de la création et à l’image du Créateur, est au centre de l’univers et de l’Œuvre divin. Le mouvement perpétuel de la vie et son unité s’articule en une triple énergie, la Trinité. L’éternité du Père, le Verbe incarné du Fils et le souffle de l’Esprit saint qui relie les deux.

Les musiciens médiévaux ont toujours fait appel à un certain symbolisme religieux dans leurs œuvres, mais ont aussi puisé à des valeurs plus générales et traditionnelles afin de lier le sensible à l’intelligence. L’idée même de musique était, pour eux, une harmonie de proportions et son application tendait à la représentation de l’univers qui les entourait. Le musicien médiéval divisait, lui aussi, la musique en trois catégories :
?
1. la musica mundana, ou  » musique des sphères « , était à l’image du Père céleste et exprimait l’harmonie proportionnelle des étoiles et des planètes dont le mouvement à travers le ciel laissait entendre une musique inouïe;
2. la musica humana s’aparentait au Fils et concernait la relation du corps et de l’âme. L’humanité exprimée par la musique;
3. Enfin la musica instrumentalis, ou tout comme le souffle de l’Esprit saint, réunissait les deux en se préoccupant de l’harmonie des sons proprement dits, qu’ils soient vocaux ou émanant d’instruments de musique.

Illustrer pour le public d’aujourd’hui ces aspects fascinants de la musique et de la pensée du Moyen Âge, tel est le défi ambitieux que propose ce disque. Une collection d’œuvres vocales et instrumentales couvrant un répertoire sacré et profane du XIIe au XVe siècle, inspiré par ces magnifiques trésors de méditation médiévaux que sont les  » Livres d’Heures « .

Les Belles Heures : une année médiévale en musique

Un  » Livre d’Heures  » est, au Moyen Âge et jusqu’au début de la Renaissance, un recueil de prières à l’usage des laïques qui, à l’instar des prêtres et des moines, aimaient bien eux aussi se tourner vers Dieu à certaines heures de la journée. Il débute généralement par un calendrier, dont le premier mois est selon la tradition médiévale le mois de mars. Ce calendrier est illustré par une série de douze miniatures richement ornées, célébrant, par de fins détails, le cycle annuel de la vie des humbles et des puissants. Ce calendrier est suivi d’extraits de la Bible et se termine généralement par des prières à la Vierge. L’exemple le plus célèbre de ces  » Livre d’Heures  » est sans conteste  » Les Très Riches Heures du Duc de Berry  » commandé par Jean de France, fils du roi Jean le Bon à Jean Coulombe et aux frères de Limbourg.

1 – Martius 5:38
a) Quant froidure trait a fin / Domino quoniam
Codex de Montpellier, H196, France, XIIIe s.
b) Ronde : Le Sentelle
Claude Bernatchez, Québec, 2002
c) Homo quo vigeas vide / Et gaudebit
Ms. Carmina Burana, France, XIIIe s.

Le printemps s’amorce, la nature est au début de son cycle, c’est l’équinoxe avec en prime l’arrivée des premiers rayons de soleil. Le Carême est déjà bien entamé. Dans les champs, on laboure la terre, on taille la vigne, on bêche le jardin. À la ville comme à la campagne, on se réjouit à célébrer la Pâque.

2 – Aprilis 4:40
La Seconde estampie roial
Ms. du roi, France, XIIIe s.

La nature se stabilise, elle s’enracine, c’est le début de la floraison. Le monde végétal éclate de partout. La belle saison s’annonce, la terre est semée et les vergers fleurissent. D’élégantes jeunes filles s’affairent sur le gazon pendant que de nobles princiers concluent des fiançailles.

3 – Maius 5:10
a) Quant florist la violete / El mois de mai / Et gaudebit
Codex de Montpellier, H 196, France, XIIIe s.
b) Tempus est iocundum CB 179
Ms. Carmina Burana, France, XIIIe s.

Au premier jour du mois, il y a grandes réjouissances au village. La veille, damoiselles vont au bois cueillir fleurs et ramages. Quand débute la fête, elles se parent de couronnes de fleurs, de capelets, ou les distribuent à leurs courtisans. En ce jour, chacune choisit le garçon qui lui fera courtoisie dans les jours qui viennent. L’air est léger et les êtres aussi…

4 – Junius 3:07
Mariam Matrem Virginem Ms.
Llibre Vermell, Catalogne, XIVe s.

Au début de l’été, au solstice, la nature est en gestation, elle marque une pause pour se rééquilibrer. Bientôt le soleil atteindra son zénith. Plus les journées sont longues, plus elles se passent aux champs. Ici des paysans s’adonnent à la fenaison. Là, une pastourelle tond les moutons; ailleurs des jeunes sarclent les vignes et les jardins.

5 – Julius 6:08
Istanpitta Chominciamento di gioa
Ms. de Londres, Add. 29987, Italie, XIVe s.

La chaleur est à son apogée, le soleil est écrasant et dominateur, c’est la canicule. De jeunes gens vont, nonchalants, sans presse, à l’affût de rivière où se baigner. Dans un pré, on célèbre l’astre solaire, qui dispense tant de bienfaits.

6 – Augustus 5:46
a) On parole / A Paris / Frese nouvele Codex de Montpellier, H 196, France, XIIIe s.
b) Vous l’orés bien dire
Adam de la Halle, France, XIIIe s.
c) Saltarello Ms. de Londres, Add. 29987, Italie, XIVe s.

C’est le temps de la moisson, des récoltes. À la foire d’été, les marchands étalent leurs marchandises et font la criée. C’est jour de marché. Lorsque s’achève l’aoustée, on pense au mariage. Le seigneur qui marie sa fille aînée fait, par tradition, participer tous les siens aux réjouissances. Des musiciens jouent, jusqu’à ce que les mariés se retirent accompagnés de leur suite.

7 – Septembris 5:18
a) Laudemus Virginem
Ms. Llibre Vermell, Catalogne, XIVe s.
b) Imperaytritz de la ciutat joyosa
Ms. Llibre Vermell, Catalogne, XIVe s.

Au début de l’automne, à l’équinoxe, le jour et la nuit sont égaux. Les feuilles changent lentement de couleurs et les vendanges commencent. Après la moisson, après la récolte des pommes et des jardins, la cueillette des grappes est à l’ordre du jour. À l’église, on célèbre la naissance de la Vierge Marie.

8 – Octobris 8:11
a) Stella splendens
Ms. Llibre Vermell, Catalogne, XIVe s.
b) Ad mortem festinamus
Ms. Llibre Vermell, Catalogne, XIVe s.
c) Danse macabre
Claude Bernatchez, Québec, 1987

La nuit l’emporte sur le jour, les feuilles commencent à tomber, la terre moissonnée est nue, il pleut. La nature marque la fin de sa vie extérieure, sa vie intérieure commence. Les beaux jours se font rares, à la ville, mais surtout à la campagne, le rythme de la vie change du tout au tout…

À Toussaint et à un autre Jour des Morts, qui suit de peu, hommes et femmes se replient sur eux-mêmes. Les pieuses manifestations qu’occasionnent ces deux fêtes témoignent de l’importance que prend la vie de l’âme.

9 – Novembris 6:09
a) Procurans odium CB 12
Ms. Carmina Burana, France, XIIIe s.
b) Dic Christi veritas –
Bulla fulminante CB 131, 131a Ms. Carmina Burana, France, XIIIe s.

La fin de l’automne fait entendre le chant triste du vent. La noirceur hivernale s’installe peu à peu, la nature prend un temps de repos avant l’arrivée des grands froids. On en profite pour saigner les bêtes et préparer jambons, gigots et tripes fumés ou salés pour être mieux conservés.

10 – Decembris 7:25
a) In natali Domini
Anonyme, Allemagne, XVe s.
b) Diex soit en cheste maison
Adam de la Halle, France, XIIIe s.
c) La Quarte estampie
Ms. du roi, France, XIIIe s.

Les fêtes de Noël commencent juste après le solstice d’hiver. La nuit, fort longue, cèdera peu à peu la place à la lumière du jour. Fêtes d’abondance et de ripaille, elles durent presqu’une quinzaine, soit de la Nativité de Jésus au Jour des Rois. Entre les deux, on fête les Saints Innocents, la Saint Sylvestre… et le Jour des Fous, pendant lequel le mendiant est roi et les clercs deviennent manants. Le monde à l’envers…

11 – Januarius 6:57
a) Lux optata claruit
Anonyme, France, XIIIe s.
b) Orientis partibus – Hac in anni janua
Anonyme, France, XIIIe s.

C’est le temps de l’année où le froid est le plus vif. Les champs terreux sont déserts. Les familles vivent à l’intérieur, près du feu, chacun blotti sous de chaudes peaux. Les nobles sont à la ville avec leur suite. Jusqu’à la Chandeleur, la neige et la pluie étendent leur grisaille. Heureusement les jours s’allongent, la lumière est de jour en jour plus brillante, au grand plaisir de tous.

12 – Februarius 7:45
a) Sire Cuens, j’ai vièlé
Colin Muset, France, XIIIe s.
b) Istanpitta Isabella
Ms. de Londres, Add. 29987, Italie, XIVe s.

L’hiver tire à sa fin, le froid s’estompe. La nature sort enfin de son sommeil. Après la Chandeleur, on s’apprête à fêter le Carnaval, qui est la dernière occasion de réjouissances populaires avant le Carême. Pendant trois jours, on mange du porc et du gibier en abondance, manants et dames déguisés assistent par millier au passage, parmi les rues de la ville, du dieu de la fête, Mardi Gras

Lire la suite

À propos

AN 2 8798 Ravel Debussy Sonates
AN 2 8798 Ravel Debussy Sonates

Start typing and press Enter to search