fbpx
AN 2 9159 – La Grazia Delle Donne

La Grazia Delle Donne

Informations sur l'album

Dans une entrevue récente, l’écrivaine américano-éthiopienne Maaza Mengiste a décrit comment, alors qu’elle achevait son roman sur la participation des femmes à la guerre entre l’Éthiopie et l’Italie dans les années 1930, elle a découvert que sa propre arrière-grand-mère avait combattu dans cette guerre :

« (Elle) était vraiment l’une de celles dont l’histoire n’aurait jamais dû se souvenir à cause de l’endroit où elle est née. Et elle a fait cette chose qui était extraordinaire. »

« Cela me fait penser au fait que les histoires des femmes [sont] racontées dans les espaces des femmes. Elles sont racontées dans les cuisines, dans les chambres, dans les endroits où les femmes se réunissent pour parler entre elles. Et elles ne se retrouvent jamais dans les salles de classe. Elles ne se retrouvent pas dans les manuels scolaires ou dans
les bibliothèques. »¹

Il me semble que cela résume bien la difficulté de comprendre ce que les femmes ont fait ou n’ont pas fait au cours de l’histoire. Leurs vies sont racontées dans les angles morts de l’histoire, mais ne constituent pas des dates et des points de repère bien définis, alors qu’elles persistent à mener leurs vies et à faire toutes sortes de choses. Lorsque nous étudions l’Italie baroque et que nous prenons le temps de nous pencher sur ces angles morts, nous découvrons une grande quantité de créations musicales réalisées par des femmes tout au long de cette période. Nous savons qu’Antonio Vivaldi a enseigné la musique à de nombreuses jeunes femmes, mais nous savons peu de choses sur ses élèves et seul le nom de quelques-unes de ces filles est connu aujourd’hui. Le niveau technique de la musique qu’il écrivait lorsqu’il enseignait à l’Ospedale Della Pietà de Venise montre que certaines de ces jeunes filles étaient d’excellentes musiciennes, et les écrits de l’époque confirment que l’orchestre des élèves les plus talentueuses de Vivaldi attirait une renommée internationale. Le fait que l’Église catholique se soit sentie périodiquement obligée de publier des édits limitant ou interdisant la création et la composition de musique par les femmes dans les couvents suggère que, malgré les efforts de l’Église, les religieuses ont continué à composer et à se produire. Certaines femmes, souvent issues de familles de musiciens, ont poursuivi des carrières d’interprètes et de compositrices dans les cours italiennes. Leurs œuvres étaient publiées et partagées et elles étaient très respectées à leur époque. Ces femmes, comme tant d’autres musiciens, ont été exclues des cours d’histoire de la musique fondés sur le modèle d’une ligne de temps évolutive de la descendance d’un compositeur emblématique à un autre.

¹ Ideas, “Moment of Encounter: Maaza Mengiste”, 20 mai 2021 à la radio CBC.

© Madeleine Owen

Lire la suite

À propos

Ensemble La Cigale
Myriam Leblanc
Isabella Leonarda
Vittoria Aleotti
0

Start typing and press Enter to search