fbpx
AN 2 8923 Max Bruch

Max Bruch : Huit pièces pour clarinette, alto et piano, op. 83

Compositeurs
Date de sortie 24 janvier 2020
Numéro de l'album AN 2 8923
Periodes Romantique
Genres Alto | Clarinette | Piano

Informations sur l'album

Bruch est célèbre pour son Concerto pour violon nº 1 (1866) et d’autres pièces telles que Kol Nidrei pour violoncelle et orchestre (1880). Il a également eu une longue carrière d’enseignant et de chef d’orchestre.

Max Bruch était âgé de 72 ans lorsqu’il composa en 1910 les Acht Stücke, op. 83 (Huit pièces) pour son fils, Max Felix, déjà clarinettiste professionnel. Un an plus tard, Bruch reprendra à nouveau ces sonorités uniques dans une autre œuvre pour son fils, le Concerto pour clarinette, alto et orchestre en mi mineur, op. 88. Bruch connaissait certainement les principales pièces pour cette formation; le Trio des Quilles ou Kegelstatt-Trio de Mozart, les Märchenerzählungen (Contes de fées) de Schumann et le trio op. 114 de Brahms. Le parallèle avec Brahms est intéressant pour plusieurs raisons : les éléments stylistiques communs et le fait que Brahms recommence à composer après avoir écouté le clarinettiste Mühlfeld (auquel son fils avait été comparé). De façon plus générale, la clarinette semble avoir attiré de nombreux compositeurs à la fin de leur carrière.

Ces Huit pièces sont illuminées par le lyrisme de Bruch. Seules deux pièces ont un titre, les nº 5 et 6, et elles sont parmi les plus célèbres avec la pièce nº 3, la préférée de Bruch. Ces trois pièces avaient d’ailleurs été écrites pour y inclure un quatrième instrument, une harpe. Après une discussion avec l’éditeur Simrock, le projet de harpe a été abandonné et des partitions pour violon ou violoncelle, alternatives à la clarinette, ont été ajoutées pour accroître les ventes. Quant au manuscrit autographe, il a été perdu, mais une copie du graveur est conservée aux archives Max-Bruch de l’Université de Cologne, la ville natale de Bruch.

Chacune des Huit pièces a un charme particulier. Écrites dans un style postromantique, mais conservateur, elles sont loin de Stravinsky, Bartók ou Schoenberg, qui sont pourtant de la même époque. Mais elles sont beaucoup plus que de courtes pièces miniatures pour le salon.

Profonde, intense, passionnée et intime, cette musique mérite de bons chambristes qui se comprennent bien, comme c’est le cas ici.

© Jean-Marie Paul
Président (France), International Clarinet Association, www.clarinet.org
Conseiller artistique, Vandoren-Paris, 1993-2019, www.vandoren.fr

Lire la suite

À propos

Philon Trio
AN 2 8877 EP Clara Robert Johannes
AN 2 8877 EP Clara Robert Johannes

Start typing and press Enter to search