fbpx
AN 2 9967

Love's Minstrels: Chansons anglaises des 19e et 20e siècles

Date de sortie 15 avril 2014
Numéro de l'album AN 2 9967
Periodes XXe siècle
Genres Récit vocal

Informations sur l'album

Voir avec son coeur

Pourquoi les chansons anglaises du début du siècle continuent-elles d’intéresser interprètes et public de nos jours? Et pourquoi les chansons populaires s’éclipsant alors tranquillement suscitaient-elles l’intérêt des poètes et compositeurs présentés dans cet album? Un processus commun de rétrospection, presque une technique artistique, unit l’interprète contemporain au poète historique et au compositeur inspiré. La parenté dans l’approche artistique, tel un écho du passé, rend aujourd’hui visible et audible la bucolique Angleterre disparue.

Comment se remémorer un temps lointain? L’artiste, tentant de transmettre un message pertinent et cohérent se doit de plonger dans le passé. Vivant avec des fantômes, des souvenirs, des échos, des grands ouvrages, et une multitude de pensées et créations accumulées par les générations, l’interprète disparait du présent afin de communier avec les voix du passé mélangées à la sienne, donnant ainsi un sens à l’oeuvre.

Un périple vers l’archaïsme est aussi cohérent pour l’interprète actif d’aujourd’hui qu’il l’est pour les compositeurs et les poètes de cet enregistrement. La voix de la jeunesse est lumineuse et présente, mais elle prend toute sa splendeur lorsque mélangée aux profondeurs du passé, aux temps d’avant et à l’archaïsme. Une chanson n’est-elle pas l’union parfaite entre les paroles, anciennes, et le chant, jeune? Plusieurs des compositeurs présentées ici étaient tout à fait conscients de la disparition de la musique folklorique et luttaient pour incorporer cette voix quasi éteinte dans leurs oeuvres. Cette combinaison entre musique folklorique hautement évocatrice et poésie noble et sensible a créé une musique folklorique d’un genre plus élevé. Il s’agit donc d’avantage d’une intervention pour garder le sens du passé que d’un effort stylistique en conservation musicale.

Aucune des chansons anglaises de la présente collection ne fait mention d’avions, d’automobiles, de trains, de manufactures ou encore de bombes, fusils ou tranchées des guerres modernes. Pour ces compositeurs, ayant vécu pour la plupart dans de grosses métropoles toute leur vie, l’aspect rural de la nature et de la campagne était source bien plus grande de métaphores, contrastant avec un monde vastement industrialisé. L’Angleterre au tournant du siècle était un curieux mélange de mode de vie d’autrefois et de boom de nouvelles technologies. Ainsi, les automobiles croisaient les calèches et les machineries lourdes enterraient le faible bruit des moulins.

L’imagerie et la poésie des chansons présentées illustrent donc bien ce monde en transition, le mode de vie d’autrefois devenant souvenir. Le monde de Shakespeare, celui présenté dans les vieilles chansons folkloriques, ou encore celui des anciennes cultures védiques de l’Inde, représentaient pour eux ce que leur temps représente aujourd’hui pour nous : un passé distant s’évanouissant sous nos yeux. Le service artistique que nous ont rendu ces compositeurs serait donc peut-être la force de leurs croyances en l’imagination et les métaphores comme forces transformatives et comme outil de mémoire.

Avec le recul, il est facile d’établir des similitudes entre des artistes afin de soutenir une notion de style, d’école de pensée, ou de mouvement. Ce qui pour l’artiste est un long processus de recherche personnelle, d’échecs, de transformations et d’expressions nous semble, quelques centaines d’années plus tard, une simple représentation de la tendance générale d’une époque. Presque sans exception, ces compositeurs ont étudié au Royal College of Music au tournant du siècle et plusieurs d’entre eux sous la direction des mêmes professeurs. Toutefois, les mises en musique des chansons ne sont pas seulement basées sur différents genres et formes poétiques ainsi que sur tout le spectre des périodes historiques allant de la ballade débauchée aux déclarations d’amour en passant par les méditations contemporaines sur la mort et la transformation. Elles contribuent également à enrichir le répertoire de modulations créatives et de mélodies révélatrices considérées comme l’essentiel dudit « son britannique ».

Un des éléments unissant ces compositeurs était le désir de présenter le monde non pas comme il était, mais bien comme il pourrait être. La musique pouvait nous plonger dans une nostalgie, un rêve empli de romantisme et d’idéalisme dans ce siècle brutalement réaliste. Leur musique se veut donc rassurante et apaisante, tel un baume sur le contexte moderne. Une expérience archétype illustrée avec brio par cette musique pastorale exceptionnellement personnelle.

© Cody Growe
Traduction : Marie Dubeau-Labbé

Lire la suite

À propos

Philippe Sly
AN 2 9112
AN 2 9112
AN 2 9112

Start typing and press Enter to search