fbpx
AN 2 9770-5

Analekta: 20 ans d'excellence (Coffret 6CDs)

Informations sur l'album

Le mot ANALEKTA signifie en grec :  » recueil d’œuvres de choix « . Depuis sa création en 1988, tous les artistes, ainsi que François Mario Labbé, son fondateur et président, ont contribué à représenter dignement l’étymologie de son nom.

Vingt ans plus tard, François Mario Labbé dirige toujours l’entreprise qu’il a fondée. Plus de 350 titres sont inscrits au catalogue Analekta qu’il a mis au service de la promotion de talents canadiens, enregistrant au fil des ans plus de 200 musiciens canadiens dont un grand nombre de québécois. Plusieurs ont eu leur première carte de visite internationale et tous les artistes enregistrés font honneur au standard d’excellence de la compagnie. André Laplante, Aline Kutan, Daniel Taylor, Karina Gauvin, Lyne Fortin, Marie-Nicole Lemieux, James Ehnes, le Gryphon Trio, Alain Lefèvre, Jean-Philippe Tremblay, sont quelques exemples d’artistes Analekta qui se retrouvent sur l’échiquier international.

François Mario Labbé a en effet compris qu’il ne suffisait pas d’enregistrer, mais qu’il fallait aussi assurer un réseau de distribution nationale et internationale. Grâce à un travail systématique, mené avec patience et compétence, bon nombre d’artistes Analekta se trouvent exportés dans plus de dix pays.

Homme de vision, François Mario Labbé a été, est, et continuera d’être un acteur important dans la diffusion de la culture musicale québécoise ainsi que pour la reconnaissance internationale de nos talents.

Analekta est la plus grande maison de disques indépendante en musique classique au Canada. Dès ses débuts, elle s’est donnée comme objectif de devenir un point de référence en musique classique au Canada, une compagnie dont les artistes seraient le moteur et l’excellence. Ainsi, au fil des ans, Analekta s’associe aux plus grands musiciens et ensembles canadiens avec qui elle développe un catalogue d’œuvres, et qui se démarquent par leur interprétation, leur originalité et notamment par leur perfection. Honorée de nombreuses fois par des distinctions diverses, notamment pour la qualité de ses enregistrements et pour la rigueur du travail de ses artistes, Analekta s’est forgée une réputation internationale d’excellence. Fleuron de la culture canadienne, l’entreprise constitue une référence dans l’industrie du disque.
Plus que jamais, Analekta est synonyme d’excellence et nous présente le meilleur des grands interprètes canadiens.

__________________________________________

Luc Beauséjour

Grâce à la virtuosité, à l’élégance et à l’expressivité de son jeu, le claveciniste et organiste Luc Beauséjour a suscité tant l’enthousiasme du public que les éloges des critiques et des spécialistes. Luc Beauséjour mène une carrière très active au Canada et à l’étranger. Il a été consacré  » Interprète de l’année 2003  » par le Conseil québécois de la musique et a remporté deux trophées Félix au Gala de l’ADISQ au Québec (2002 et 2006). Luc Beauséjour a enregistré près de 25 disques dont plusieurs ont reçu des récompenses et distinctions dans les revues musicales.

 » L’art du claveciniste : élégance, raffinement, sensibilité aux inflexions des lignes, ornementation exubérante et juste, un sens rythmique entraînant et un plaisir à un certain épanchement lyrique.  » (Le Devoir)

Luc Beauséjour a choisi de présenter ici deux sonates de Domenico Scarlatti, véritable précurseur de la technique moderne de clavier. Sa musique est idiomatique, inventive, savamment écrite en fonction de la virtuosité de l’exécutant et des ressources sonores de l’instrument dont elle exploite brillamment tous les registres.

Chœurs de l’Armée rouge

Les Chœurs de l’Armée rouge furent fondés en 1928, pour soutenir le moral des troupes et exalter l’idéal révolutionnaire, mais devaient marquer l’histoire musicale du XXe siècle. En visionnaire, François Mario Labbé les fait découvrir aux Canadiens et devait être le premier à amener des Russes aux États-Unis dans un cadre autre que politique. Ils interprètent ici deux de leurs plus grands succès.

Angèle Dubeau & La Pietà

Violoniste virtuose parmi les plus en vue au Canada, Angèle Dubeau mène depuis maintenant 30 ans une carrière exceptionnelle qui l’a menée sur les grandes scènes du monde. Si, au fil des ans, son talent, sa virtuosité et sa musicalité ont été récompensés par de nombreux prix, c’est d’abord et avant tout le public qui l’a adoptée pour son jeu envoûtant, sa générosité, sa fougue, ses dons de communicatrice hors pair et sa facilité exceptionnelle à tisser des liens avec lui. En carrière, elle a vendu 400 000 disques.

Elle fonde en 1997 La Pietà, un ensemble à cordes féminin à géométrie variable composé de huit à douze des meilleures musiciennes au Canada. Reconnues pour leur virtuosité exceptionnelle mais surtout le plaisir contagieux qui les anime quand elles sont sur scène, Angèle Dubeau et La Pietà sillonnent depuis dix ans l’Amérique et l’Asie.

Comme soliste, Mme Dubeau interprète ici deux œuvres. La première est le Caprice no 9 de Locatelli, extrait de son disque Solo, salué en ces termes élogieux par BBC Magazine :  » … riche et vibrant, interprété avec passion…  » Son interprétation du Concerto de Sibelius, œuvre phare du répertoire violonistique concertant, avait été qualifiée de l’une des plus belles par la critique internationale.

Chambriste convaincue, elle a également signé un enregistrement mémorable des Sonates de Schubert avec Anton Kuerti, comparé à l’enregistrement mythique de Pinchas Zukerman et Daniel Barenboim.  » Angèle Dubeau bouleverse dans la plus grande simplicité; elle se contente de chanter, et tout Schubert est là « , mentionnait Le Monde de la Musique. Le duo a d’ailleurs repris l’œuvre lors du concert soulignant les 30 ans de carrière d’Angèle Dubeau. La violoniste propose aussi ici quelques extraits d’opéras mozartiens, enregistrés avec le regretté Alain Marion.

Avec La Pietà, elle interprète la Rhapsodie roumaine no 1 d’Enescu ainsi que Princess Mononoke de Joe Hisaishi, un extrait d’Un conte de fées,  » le plus beau disque de leur carrière  » selon Christophe Huss du Devoir.

James Ehnes

James Ehnes mène une carrière internationale d’une excellence rare. Il s’est produit dans plus de vingt pays sur quatre continents avec des chefs de grande réputation, a donné des récitals dans de nombreuses grandes villes et a joué dans d’importants festivals internationaux. James Ehnes possède une discographie des plus impressionnantes dont l’excellence a été saluée par de nombreux prix, dont trois Juno, un Félix et une nomination aux Grammy 2008.

 » James Ehnes, à chacun de ses enregistrements, marque d’une pierre blanche la discographie… La liberté dans l’invention, dans le phrasé, dont fait preuve James Ehnes à tout instant montre à l’évidence qu’il s’agit d’une personnalité hors normes.  » (Répertoire)
 » James Ehnes possède un son d’un velouté exquis, son archet est d’une finesse absolument merveilleuse. Un tel degré de perfection le place au niveau des plus grands.  » (Le Soleil)

La Sonate en fa mineur présentée ici est extraite du second enregistrement consacré aux sonates de Bach, réalisé avec Luc Beauséjour, version de référence selon Classics Today.

I Musici de Montréal, Yuli Turovsky

Fondé en 1983 et dirigé depuis par le violoncelliste et chef d’orchestre Yuli Turovsky, I Musici de Montréal est un orchestre de chambre permanent de 15 musiciens dont le vaste répertoire s’étend de la musique baroque à la musique contemporaine. Ensemble prolifique, le rayonnement d’I Musici de Montréal à l’étranger est remarquable, avec plus de 100 concerts par année de par le monde. Les nombreux enregistrements de l’ensemble se sont mérité des prix prestigieux à maintes reprises.

 » Vigueur, élan et sensibilité dans le jeu collectif, présence et justesse du violoncelle-solo, sonorité chaude et détaillée.  » (La Presse, à propos de Violonchelo español)

 » Qu’est ce qui justifie qu’un ensemble à cordes de 15 musiciens remporte autant de succès ? L’imagination inlassable de Turovsky, une énergie sans limite et une passion dévorante pour la musique…  » (The Strad)

Yuli Turovsky est ici chef et soliste dans deux pièces d’Alexandre Glazounov, extraites du disque Violonchelo español.

Karina Gauvin

Avec sa voix unique, sa technique remarquable et sa grande virtuosité, la soprano Karina Gauvin a su charmer les publics d’un bout à l’autre de la planète, de la Royal Opera House de Londres au prestigieux 92nd Street Y et au Lincoln Center de New York. En 1996, Karina Gauvin a été proclamée soliste de l’année par la Communauté des radios publiques de langue française et elle remportait, en 2000, le prix Opus de l’Artiste de l’année.

 » La soprano possède en effet une voix lumineuse, souple et d’une expression raffinée. Sa diction est claire et l’articulation limpide. Elle sait nuancer subtilement les couleurs et dose ses vibrations avec discernement. Bref, il s’agit d’une voix remarquable.  » (Répertoire)

Karina Gauvin chante deux extraits de la musique de scène d’Egmont de Beethoven avec l’Orchestre Métropolitain du Grand Montréal ainsi qu’un air de Stötzel, Bist du bei mir.

Gryphon Trio

Le Gryphon Trio a bien mis à profit l’inspiration qu’il tire de son nom, en bâtissant une carrière maintes fois primée explorant à la fois le répertoire contemporain et classique. Depuis 1993, le Trio s’est acquis un public partout au monde en partageant sa passion pour la musique de chambre. Le Gryphon Trio a atteint cet équilibre à travers une grande variété de projets. L’une des collaborations les plus acclamées du Gryphon est Constantinople, une œuvre multimédia de  » musique-théâtre  » conçue par le compositeur canadien Christos Hatzis.

 » Le trio Gryphon, composé d’interprètes sensibles, se fait à la fois racoleur, raffiné, précis et enjoué. Collectivement, ces musiciens ont de telles affinités qu’il est impossible de ne pas succomber au bonheur qu’ils transmettent à faire de la musique.  » (Le Devoir)
 » [Dans] Haydn, la précision et la justesse d’ensemble, la transparence du jeu du pianiste Jamie Parker, l’espièglerie des appogiatures de la violoniste Analee Patipatanakoon dans le finale, ont fait merveille.  » (Le Sud-Ouest)
 » Old Photographs « , un extrait de Constantinople, se retrouvait notamment sur Créations d’œuvres canadiennes, enregistrement qui s’est mérité un Juno en 2003. Le Trio interprète également le charmant Divertimento K. 254 de Mozart, le brillant Trio en do majeur de Haydn et l’envoûtant Adagio tiré du Notturno de Schubert.

Anton Kuerti

Anton Kuerti a fait des tournées dans plus de 31 pays, incluant le Japon, la Russie et la plupart des pays européens. Il a aussi joué avec les principaux chefs et orchestres nord-américains. Anton Kuerti est aujourd’hui un des artistes qui a le plus enregistré : il a mis sur disque l’intégrale des concertos et des sonates de Beethoven, des sonates de Schubert, des concertos de Brahms et les œuvres de plusieurs autres compositeurs. Son intégrale des Sonates de Beethoven demeure une référence essentielle, même si elle a été enregistrée il y a plus de 30 ans.

 » Kuerti intériorise le phrasé, parvient à donner l’impression d’une improvisation rêveuse sans lâcher la bride du discours. C’est très doux, très poétique et merveilleusement joué.  » (Le Monde de la Musique)

 » Kuerti renouvelle une fois de plus notre écoute de cette musique… [et ses enregistrements] restent un sommet de la discographie beethovenienne.  » (La Presse)
Nous entendrons ici l’opus 110, avant-dernière sonate du maître de Bonn.

Bernard Lagacé

Depuis les années 1950, Bernard Lagacé est l’un des artisans les plus actifs du mouvement de renaissance de l’orgue en Amérique. En 1989, il fut récipiendaire du Prix Calixa-Lavallée de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal qui voulait ainsi reconnaître non seulement  » le génie musical de Bernard Lagacé, mais aussi la sensibilité, l’intériorité et l’éloquence de l’artiste…  » Reconnu pour ses interprétations des œuvres de Johann Sebastian Bach, son intégrale des œuvres pour clavier demeure une somme colossale.

 » Chaque nouveau volet de cette intégrale s’inscrit comme une magnifique pierre à un édifice que Lagacé construit avec art. On assiste à l’érection d’un des piliers incontournables de toute discographie qui s’intéresse à Bach, donc à l’orgue.  » (Le Devoir)

Deux extraits de cette intégrale sont ici repris, tirés du Clavierübung III,  » Le dogme en musique « .

André Laplante

Au cours des ans, André Laplante s’est distingué comme l’un des plus grands pianistes virtuoses de musique romantique. Il s’est illustré dans les plus grands centres culturels d’Europe, d’Amérique du Nord et de l’Extrême-Orient. Il fut honoré par la critique, on le compara aux Ashkenazy, Horowitz, et Rudolph Serkin. Il est l’invité des grands orchestres et a participé aux festivals de musique les plus prestigieux.

 » Sa maîtrise de l’instrument est remarquable, même dans une ère de standards techniques élevés. Selon moi, il apporte à tout ce qu’il joue un impressionnant mélange de virtuosité, de richesse de timbre, de phrasé lyrique et d’émotion sincère.  » (American Record Guide)

 » Impossible de rester indifférent ou tiède devant son interprétation et son jeu… Une grande interprétation, dans les moments calmes, qui se vit doublée d’une exécution spectaculaire et convaincante des moments virtuoses. La puissance de Laplante étonne et ravit… La pâte sonore est splendide.  » (Le Devoir)

Il interprète ici la Pavane pour une infante défunte de Ravel, œuvre empreinte d’une grande poésie, qui témoigne de l’attrait de Ravel pour les vieilles danses.

Alain Lefèvre

Récipiendaire en 2004 d’un Classical Internet Award et d’un Félix pour le Meilleur Album classique de l’année à l’ADISQ, pour son enregistrement du Concerto de Québec d’André Mathieu avec l’Orchestre symphonique de Québec, le pianiste Alain Lefèvre figure au sommet du palmarès des ventes de musique classique au Canada. Même succès remarquable de Rhapsodies, avec l’Orchestre symphonique de Montréal, consacré  » Disque de l’Année au Canada  » et en nomination aux prix Juno et Indie 2007. Acclamé par la critique internationale, Lefèvre soulève l’enthousiasme des foules partout où il se produit, jouant maintes fois à guichet fermé.

 » Lefèvre n’a pas perdu de temps pour démontrer quelle technique phénoménale il a dans les exécutions flamboyantes et de bravoure du Scherzo du Concerto Symphonique no 4 de Litolf, de la Rhapsody in Blue de Gershwin et dans une prestation réellement extraordinaire du finale du Concerto no 2 de Rachmaninov. Le public était tout simplement debout, hurlant et applaudissant.  » (The Spectator)

 » Il est rare d’entendre […] une personnalité nouvelle qui s’affirme en dehors des modes et des artifices de la scène internationale. Le pianiste canadien [Alain Lefèvre] révèle une forte personnalité.  » (Classica)

Alain Lefèvre reprend ici deux de ses plus grands succès sur disque, le profondément lyrique Concerto de Québec d’André Mathieu, le  » Mozart canadien  » (avec l’OSQ) et l’électrisante Rhapsody in Blue de Gershwin (avec l’OSM).

Marie-Nicole Lemieux

Le contralto Marie-Nicole Lemieux a commencé sa carrière de façon fulgurante. En 2000, à l’âge de 24 ans, elle remporte à Bruxelles le Prix de la Reine Fabiola (1er Prix) ainsi que le Prix Spécial du Lied au Concours Musical International Reine Élisabeth de Belgique. Ce prix prestigieux lui a permis de se faire connaître du milieu international, lui donnant l’occasion de se produire tant en récital qu’en concert avec de grands orchestres et d’être invitée par les festivals et les maisons d’opéra les plus prestigieuses. Elle s’est vue remettre le Prix Opus du Concert de l’année 2003 en musiques médiévale, Renaissance et baroque.
Cet enregistrement a été salué par Sylvain Gasser de Répertoire en novembre 2003 en ces termes :  » Intelligence et originalité du programme, beauté de l’interprétation : ce disque possède d’indéniables qualités.  »

 » Marie-Nicole Lemieux possède une vraie tessiture de contralto, ce qui est rare… Son timbre, à la fois doux et corsé, restitue avec vérité tous les affects contrastés.  » (Répertoire)

Marie-Nicole Lemieux chante ici deux somptueux lieder de Brahms et le Stabat Mater de Vivaldi, une œuvre remarquablement sombre et profondément triste, ne laissant poindre aucune trace du concertiste exubérant.

Tafelmusik Baroque Orchestra, Jeanne Lamon

Tafelmusik, orchestre canadien sur instruments d’époque, a été fondé en 1979. Depuis l’arrivée de sa directrice musicale et premier violon Jeanne Lamon en 1981, Tafelmusik s’est acquis une notoriété internationale pour ses concerts et ses enregistrements. Tafelmusik a fait paraître quelque 70 CD et s’est mérité de nombreuses récompenses internationales pour ses enregistrements, dont neuf prix Juno. Ils interprètent ici l’effervescente  » Arrivée de la reine de Saba « , extraite de l’oratorio Solomon de Handel et la Symphonie  » Pastorale  » de Beethoven, enregistrement qui leur a valu en 2006 un Prix Juno.

 » Scintillant, dynamique, articulé et vibrant… rien de moins que phénoménal « , évoquait Classics Today à l’écoute de l’enregistrement.

 » La technique est sublimée. Articulation, justesse, tempo, phrasé, l’ensemble est à tous les niveaux d’une précision impeccable.  » (Le Soleil)

Geneviève Soly

Geneviève Soly, directrice artistique des Idées heureuses, est l’une des rares spécialistes de Christoph Graupner et c’est grâce à elle que fut exhumé l’important corpus de sa musique de clavecin. Elle se consacre depuis 2001 à l’étude et à la diffusion de la musique de ce compositeur avec la passion et la fougue qui la caractérisent. La presse internationale est unanime à reconnaître la qualité et l’importance du travail d’interprète et de musicologue de Geneviève Soly.

 » Soly aborde cette musique avec une rare sérénité, développant un sens certain de la majesté tout en faisant chanter les lignes avec poésie. Qu’il s’agisse de la finesse de l’articulation ou de la conduite des phrases, tout est ici au service de la clarté de l’expression.  » (Répertoire)

 » Ce compliment – car il faut bien avouer que la science de l’écriture ne doit pas s’imposer à l’audition – s’adresse en premier chef à l’excellente claveciniste Geneviève Soly dont le jeu coloré et dynamique s’impose sans la moindre ambiguïté. On attend la suite de l’intégrale avec grand plaisir.  » (Répertoire)

Geneviève Soly dirige ici Les Idées heureuses dans la Cantate Ach Gott und Herr de Graupner.

Matthew White

La carrière d’artiste lyrique de Matthew White l’a déjà mené partout en Amérique du Nord, en Europe, ainsi qu’en Asie et en Nouvelle-Zélande, tant au récital qu’au concert. On l’a vu à l’œuvre dans des productions d’opéra avec le Glyndebourne Festival Opera, le Glyndebourne Touring Opera, le Houston Grand Opera, le Cleveland Opera, Opera Atelier et Pacific Opera Victoria. Il est directeur de la programmation pour l’ensemble montréalais Les Voix Baroques.

 » Le contre-ténor pur et somptueux de Matthew White a résonné comme un appel de clairon lors de ses airs… L’Agnus Dei nous a de nouveau plongé dans le drame, la voix resplendissante de White surgissant en un cri plaintif demandant grâce.  » (San Francisco Classical Voice)

L’aria de Bach  » Ich habe genug  » est extraite d’un enregistrement qui s’est mérité un Cannes Classical Award en 2004.

Orchestre symphonique de Montréal

Fondé en 1934, l’Orchestre symphonique de Montréal est l’un des principaux organismes culturels de la ville. De la salle Wilfrid-Pelletier, située au cœur même de la ville, l’OSM rayonne dans tout le Québec et le Canada. Par ses tournées nationales et internationales et ses enregistrements, il est aussi devenu un ambassadeur jouant pleinement son rôle pour favoriser le rayonnement culturel et les échanges artistiques. L’OSM a réalisé près de 90 enregistrements pour lesquels il a reçu 47 prix dont 24 prix internationaux.

Orchestre symphonique de Québecc

Le 3 octobre 2002, l’Orchestre symphonique de Québec a célébré ses 100 ans, ce qui en fait la plus ancienne formation symphonique en existence au Canada. Depuis sa fondation, l’OSQ est associé aux activités importantes de la Ville de Québec telles que l’inauguration du Théâtre Capitole en 1903, du Palais Montcalm en 1932 et du Grand Théâtre de Québec en 1971. Symbole culturel par excellence, l’OSQ est l’un des principaux moteurs de l’activité musicale dans la région de Québec. L’OSQ possède une discographie comprenant plusieurs enregistrements depuis 1977, dont certains parus chez Analekta.

Orchestre Métropolitain du Grand Montréal

Depuis sa fondation en 1981 par des musiciens diplômés des conservatoires et des facultés de musique du Québec, l’Orchestre Métropolitain a répondu avec enthousiasme à l’objectif qu’il s’était fixé, soit de promouvoir le talent des musiciens, compositeurs et interprètes québécois et de former un nouveau public à la musique. Initiateur, l’Orchestre a développé ces dix dernières années une Tournée dans l’Île qui permet aux résidents de cinq municipalités et un quartier de participer chez eux à la vie culturelle du Grand Montréal.

Lire la suite

À propos

Tafelmusik Baroque Orchestra
AN 2 8704
AN 2 8704
AN 2 8704

Start typing and press Enter to search